Ajouter de la crise à la crise ou bons plans ?

Les pages Facebook regorgent de bons plans. Le « fait maison » est tendance, acheter de l’occasion, plutôt que du neuf, réparer plutôt que jeter c’est bien, c’est bon pour la planète, mais dans un petit pays comme le notre cela ne va t-il pas, au final, rajouter de la crise à la crise ?

Vêtements, loisirs, meubles, voitures… tout s’achète d’occas

Il y a quelque temps, les gens qui quittaient le territoire, revendaient 2 ou 3 trucs impossibles à mettre dans leur valise, aujourd’hui les moeurs ont changé, les expats, revendent tout : leur lits leur tables, leur fauteuils, leurs oreillers, leur poêle leur petite cuillère, et même ce qui leur reste dans le frigo. … cette liste n’est évidemment pas exhaustive !

Tous les weeks-end des vide-maisons sont organisés. « tout doit partir avant déménagement » même les petites culottes ou autres maillots de bain (jamais portés, alors pourquoi tu les a acheté) sont proposés

Fait-on toujours de bonnes affaires ? « Casi neuf » ou « à peine 3 mois », les articles sont souvent vendus plus chers que le prix du neuf car il s’agit souvent de marques populaires et absentes du territoire comme IKEA. Après tout il n’y a pas de mal à se faire un petit bénef en partant !
Et puis il y a ceux, moins chanceux qui ont tout acheté neuf, pensant faire leur vie au soleil et qui, dépités, repartent bien plus vite que prévu…

Donc, oui, il y a des affaires à faire mais au détriment de qui ?

On ne loue plus, on coloque et même on sous coloque !

La colocation s’est développée de façon exponentielle. Elle fait sans doute le bonheur des riches propriétaires qui peuvent désormais louer leur villas avec piscine à 400 voir 500 000 F CFP par mois, puisque les montants des loyers sont partagés entre 5 ou 6, voir plus locataires

La sous location de la colocation a fait aussi son apparition. On sous loue le temps des vacances de l’autre: 15 jours ou un mois.

Idem pour les locations de voitures ! Exit la location chez les loueurs traditionnels on sous loue la voiture du voisin, du copain le temps des vacances ou même du week-end

Sauver la planète ou faire de très grosses économies ?

Sauver la planète est-elle vraiment la préoccupation essentielle de tous ces personnes ou seraient elles surtout enclin à dépenser le moins possible dans un pays où ils ne sont que de passage ?

Réutiliser, réparer, acheter d’occaz, le phénomène est mondial et surtout très positif mais connait-on son impact sur le commerce traditionnel dans un petit pays comme le notre ? Quels sont les secteurs les plus touchés ?

A t-on déjà calculé combien ces marchés parallèles coûtent à l’économie locale ? Car, évidemment aucune de ces ventes n’est déclarée, aucun employé n’est embauché pour travailler, aucune charge n’est acquittée…  

https://casselesprix.com
Previous post Qui sera Miss Calédonie 2023 ?
Next post Incident à Prony Resources, retour progressif à une situation normale
Close