Tarif de l’électricité, l’UFC et les maires dos à dos

électricité

Le 20 avril dernier, par communiqué, l’UFC « accusait » les maires des communes calédoniennes de profiter de leur possibilité de taxer l’électricité. L’Association des maires monte au créneau et souhaite apporter quelques précisions.

Les factures d’électricité des ménages de l’ensemble du pays comportent une part significative qui alimente les budgets communaux, non seulement par la taxe communale, mais aussi par des redevances versées par EEC et Enercal aux communes.
Dans un contexte où les ménages supportent déjà une discrimination tarifaire en faveur des entreprises, cette ponction est illégale, opaque, égoïste et inflationniste et s’apparente à une imposition de la consommation d’électricité.
Si nous ne nions pas les difficultés financières des communes et la nécessité pour elles de trouver des ressources financières, le cadre dans lequel ces ressources sont prélevées doit être légal, transparent et consenti. Ce n’est pas le cas*

L’AFM juge ces attaques calomnieuses

L’Association Française des maires de NC, monte au créneau « Suite aux attaques calomnieuses qualifiant les redevances versées aux communes par les concessionnaires locaux de distribution d’électricité, d’illégales, d’opaques, d’égoïstes voire même d’inflationnistes« , et souhaite rétablir la vérité et apporter quelques précisions…

Les redevances communales qui semblent préoccuper l’Association ne représentent que 3,7% du montant global du système électrique en Nouvelle Calédonie qui s’élève à environ 30 milliards de francs. Ces redevances sont affectées au budget général des communes et permettent de financer des services publics à destination de l’ensemble des administrés. Elles sont donc légales transparentes et dédiées à l’intérêt général

*Le contexte et l’historique de l’affaire, qui est loin d’être close, ainsi que les jugements de première instance et les ordonnances de désistement à découvrir ➢ UFC nouvellecaledonie.nc