Le système électrique calédonien bientôt en faillite ?

Alors que 80 % de l’électricité produite en Nouvelle-Calédonie provient de combustibles fossiles importés, l’envolée des cours du charbon liée à la guerre en Ukraine, menace de faillite le système électrique calédonien. Enercal, redoute tout simplement la cessation de paiements.

Selon la société, les conséquences de la guerre en Ukraine devraient entraîner un déficit supplémentaire de 42 millions d’euros pour l’année 2022. Un chiffre conséquent qui s’ajoute au déficit global de l’entreprise de 75,6 millions d’euros.

Un casse tête pour le gouvernement

Un véritable casse-tête pour le gouvernement, déjà contraint de voter en début d’année une augmentation de 11 % du tarif public, gelé depuis 2012. Selon les estimations d’Enercal, pour faire face au surcoût, il faudrait « augmenter à nouveau le tarif public, d’environ 20% »,

Une situation « inenvisageable », pour Christopher Gyges, en charge de la transition énergétique qui entend plutôt « solliciter l’État au titre de la solidarité nationale ».

Les énergies renouvelables pour sortir de l’impasse

Sur le moyen et long terme, le gouvernement mise « sur les énergies renouvelables pour sortir de la dépendance aux énergies fossiles ».

La Nouvelle-Calédonie s’est dotée, pour la période 2016-2022, d’un ambitieux schéma de transition énergétique qui a permis de faire passer la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité de 10 à 23%.

Au total, 2,4 milliards d’euros d’investissement sont prévus pour leur développement. Une somme colossale qui fait débat. Présentée aux élus du congrès de la Nouvelle-Calédonie, son examen a été reporté par la majorité indépendantiste de l’assemblée, qui a estimé ne pas avoir de visibilité suffisante sur la capacité du territoire à soutenir ces investissements.

Le vendredi 02 décembre, le congrès se réunira en commission plénière sur le sujet. A l’ordre du jour:

– Présentation par les représentants d’ENERCAL de la situation et des enjeux de la société ;
– Présentation par les représentants du gouvernement du plan de sauvetage envisagé.

Previous post Les syndicats « fin colères », appellent à la grève générale
Next post Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes
Close