Un homme poursuivi pour avoir dégradé un ATR 72

Le parquet a déféré ce jour, dans le cadre de la procédure de comparution immédiate, un homme pour mise en danger de la vie d’autrui, et introduction non autorisée dans la zone côté piste de l’aéroport d’Ouvéa. Une action précédée, accompagnée ou suivie d’un acte de dégradation ou de destruction volontaire.

Rappel des faits

Le 07 janvier 2022, vers 19h30, alors que l’avion d’air Calédonie se trouvait en bout de piste, s’apprêtant à décoller, un individu était  aperçu sur le tarmac à proximité de l’avion par un passager qui donnait  immédiatement l’alerte.
Une opération de contrôle du site ainsi qu’une inspection de l’appareil étaient immédiatement entreprises par les services de l’aérodrome de Hulup, suite au signalement du commandant de bord.
A l’issue de l’atterrissage de l’avion à l’aérodrome de Magenta , qui se déroulait sans incident, les services techniques constataient que le pneumatique droit de l’avion, totalement dégonflé, présentait une entaille d’une longueur d’ 1,5 centimètre sur le flanc, compatible avec l’utilisation d’un objet coupant .

Les investigations diligentées par la brigade de gendarmerie de Fayaoué permettaient d’identifier l’auteur présumé des faits, interpellé le 29 janvier 2022 et placé en garde à vue.

Fortement alcoolisé il voulait relever un pari…

Lors de ses auditions, le mis en cause âgé de 21 ans a reconnu sa participation aux faits reprochés. Il a expliqué que vers 18 h30, il venait de retirer un colis à l’aérodrome. En longeant la clôture du site, il avait escaladé le grillage et crevé le pneumatique de l’avion, « suite à un pari avec des copains  qui étaient restés de l’autre côté de la clôture ».
Fortement alcoolisé, au moment des faits, et avait utilisé un couteau de cuisine.

La société Air Calédonie ainsi que la province des Iles Loyauté ont déposé plainte .

Présenté devant le tribunal correctionnel, vendredi.

Le prévenu, ayant un  antécédent judiciaire pour vol et dégradation grave d’un bien, a été placé sous contrôle judiciaire par ordonnance du juge des libertés et de la détention, jusqu’à sa comparution à l’audience de comparution immédiate de vendredi prochain .

Le parquet avait requis son placement en détention provisoire, en estimant que les agissements reprochés avaient généré une mise en danger manifeste d’autrui et provoqué une forte émotion tant auprès de l’équipage, des personnels de la compagnie que des passagers, suite à la découverte de cet acte de sabotage. Le risque de réitération des faits dans un contexte de forte addiction à l’alcool  apparaissant sérieux .

Le prévenu encourt une peine de 2 ans d’emprisonnement .

https://casselesprix.com
Previous post Point sanitaire du lundi 14 février
Next post Nickel, le gouvernement et la SLN s’engagent pour l’avenir
Close