Pharmacie d’Ouvéa, les auteurs interpellés.

Ouvéa

Les trois auteurs présumés de vol avec armes de la pharmacie d’Ouvéa le 18 mai ont été interpellés le samedi 22 mai 2021 en début d’après-midi.

Les auteurs âgés de 20  à 21 ans, déjà connus de la justice, et dont deux sont originaires de la tribu de Mouli, ont reconnu leur participation aux faits en précisant qu’ils avaient consommé beaucoup d’alcool au cours de la journée .

Rappel des faits

Vers 17h 30, ils ont eu l’idée de commettre le vol pour «  avoir de l’argent » , en apercevant le pharmacien dans son véhicule sur le trajet de retour à son domicile.

A 17h45, ils franchissent le muret de la résidence de la victime, en se dirigeant vers la terrasse, provoquant du bruit qui a amené la victime à sortir de l’habitation. Immédiatement, les trois auteurs portent des coups au niveau de la tête de la victime.
L’un d’entre eux maintient la victime au sol, en lui plaçant un sabre d’abattis sur la gorge, tandis que les deux autres mis s’emparent du fonds de caisse de la pharmacie (environ 200 000 CFP), un téléviseur, un ordinateur, une trousse de toilettes et des médicaments.
Le butin est chargé dans le véhicule pick-up de la victime au moyen duquel les auteurs prennent la fuite.

Le véhicule sera retrouvé accidenté, peu de temps après,  à proximité de l’aérodrome, avec les objets volés, hormis la somme d’argent qui a été partagée entre les mis en cause .

La victime présente de multiples lésions notamment au niveau de la tête, avec  un traumatisme crânien justifiant une incapacité totale de travail de 4 jours.

Les auteurs jugés en comparution immédiate demain mardi

Au vu de la gravité des faits reprochés ayant occasionné un traumatisme conséquent sur la victime et provoqué un retentissement certain sur l’île, les trois auteurs présumés seront déférés cet après-midi au parquet aux fins de comparution à l’audience de comparution immédiate le mardi 25 mai 2021 à 13h30. Le délit de vol accompagné de violences suivies d’une incapacité totale de travail n’excédant pas 8 jours commis en réunion (peine d’emprisonnement de 10 ans encourue) sera retenu.

Le procureur tient à souligner la réactivité des services de la gendarmerie et le travail d’enquête minutieux dans le traitement de cette affaire. Il ajoute « que la grande chefferie de Mouli a pris des initiatives pertinentes qui ont permis l’identification des trois auteurs, dans une démarche civique qui mérite d’être saluée. »