Bilan de l’insécurité et la délinquance en 2020

insécurité

Violences intrafamiliales, coups et blessures volontaires, homicides, vols… Les Outre-mer restent plus exposés aux infractions violentes que l’Hexagone c’est en tout cas ce qui ressort de l’étude du ministère de l’Intérieur qui dresse le bilan de l’évolution de la délinquance en 2020.

Focus sur les deux domaines où la Nouvelle-Calédonie se distingue…

Un taux de cambriolages de logement plus élevé

En 2020, alors que le nombre de cambriolages pour 1 000 habitants enregistrés par les services de sécurité est inférieur, dans les DROM et en Polynésie française, à celui de la métropole (2,9 ‰),

La Nouvelle-Calédonie présente quant à elle un taux de cambriolages plus élevé (4,2 ‰).

☞ Victimes de cambriolages enregistrées en 2019 et 2020

On constate quand même, que ce taux bien que toujours élevé a diminué en Nouvelle Calédonie de – 1,3% en 2020 par rapport à 2019

Nombre de victimes de violences intrafamiliales en hausse

En 2020 et à l’exception de Mayotte, le nombre de victimes de coups et blessures volontaires dans le cadre familial par habitant est plus élevé dans les DROM-COM qu’en métropole.

Les enregistrements en 2020 sont notamment plus fréquents en Guadeloupe (3,6 ‰), en Guyane (4,0 ‰), en Polynésie française (4,7 ‰) et en Nouvelle-Calédonie (5,6 ‰).

☞ Victimes de coups et blessures volontaires dans le cadre familial

La hausse est d’une ampleur comparable à celle observée en métropole (+0,2 point) en Polynésie française, à La Réunion et en Martinique.
Elle s’avère plus marquée en Guyane (+0,5 point), en Guadeloupe (+0,7 point) et surtout en Nouvelle-Calédonie (+1,3 point).