L’enseignement catholique menace de descendre dans la rue

Faute de subventions, la direction de l’enseignement catholique annonce par communiqué ce mardi ne plus pouvoir poursuivre son activité au delà du mois d’août. Elle souhaite d’ici là alerter les instituions et mobiliser l’opinion publique.

L’enseignement catholique en Nouvelle-Calédonie, c’est 13 000 élèves soit un quart des scolaires du Pays, 62 établissements, mais également 1500 salariés dont 2/3 sont des enseignants.

Un budget voté le 30 Mars sans aide à l’Enseignement Catholique. 

Aujourd’hui, malgré toutes les relances interpellation, courrier rien n’avance pire, nous arrivons à un seuil financier de rupture. Même si notre trésorerie nous a permis de faire face jusqu’à maintenant aujourd’hui en raison des baisses drastiques des subventions provinciales et malgré la mise en place d’un plan de mesures d’économie qui a fait baisser notre masse salariale de 13 % depuis 2019, nous n’y arrivons plus.

Un milliard 300 millions pour finir l’année

Nous sommes confrontés à un désinvestissement financier des pouvoirs publics et nous considérons au regard du contexte actuel où nous avons besoin d’un milliard 300 millions de francs pour finir l’année 2023. Au regard de certaines annonces, aller au-delà, c’est prendre un risque pour l’avenir de l’ensemble du réseau de l’enseignement catholique.

En effet, la province des îles n’a toujours pas réglé le montant alloué et conventionné de 2022. La province Sud avait annoncé ne verser que 260 millions au lieu d’un peu plus d’1 milliard. Seule la province Nord a renouvelé et conventionné son accompagnement pour 2023 à la même hauteur que les trois dernières années.

Pour se faire entendre des actions sont prévues

La DDEC annonce que du 2 au 5 mai la restauration scolaire et l’hébergement des élèves internes ne seront pas assurés. Les familles sont invités à prendre leurs dispositions. Toutefois, les cours seront délivrés conformément à notre contrat d’association. 

Les établissements de la province Nord ne sont pas concernés pour le moment par cette décision.

Si aucune avancée n’est constatée, une marche sera organisée le vendredi 12 mai Tous les établissements catholiques seront fermés, et l’ensemble de la communauté éducative sera mobilisé pour participer à cette action en direction de gouvernement et du congrès…

L’école plurielle qui permet la liberté de choix doit perdurer

l’enseignement catholique doit cesser d’être une variable d’ajustement au risque d’aboutir à un plan de licenciement collectif à motif économique. Les responsables institutionnels doivent cesser d’amputer nos financements car nous rendons un service public d’éducation, de qualité.
L’éducation et le moteur, le vecteur du développement humain social, économique et durable d’un pays. L’Éducation est de toute évidence l’un des outils les plus puissants pour lutter contre les inégalités.

La Province Sud dans un communique assure demeurer un partenaire privilégié de l’enseignement privé

Il convient de rappeler que l’Etat via une dotation versée à la Nouvelle- Calédonie assure et continuera d’assurer la prise en charge de tous les personnels enseignants de l’enseignement privé. C’est essentiellement le financement des services complémentaires tels la cantine ou l’internant et celui de l’enseignement maternel qu’il convient de clarifier. Et c’est une réalité dont la province Sud a bien conscience elle qui depuis plus de 3 ans alerte le gouvernement sur cet enjeu.

Previous post Prison ferme et fortes amendes pour un pêcheur braconnier
Next post Les Loyalistes déposent plainte contre Daniel Goa
Close