Le musée de la ville fête ses 25 ans

musée

Le musée de la Ville a fêté ses 25 ans le 6 juin ! L’occasion d’ouvrir gratuitement au public durant les vacances scolaires.

Depuis 25 ans, le musée de la Ville de Nouméa fait partie du paysage culturel calédonien. 25 années durant lesquelles pas moins de 160 000 visiteurs et de 92 000 scolaires ont été accueillis.

25 années jalonnées par 63 expositions et 40 publications, auxquelles ont participé de nombreux historiens, géographes, sociologues ou simples Calédoniens souhaitant partager leurs souvenirs.

Sans aucune collection à son ouverture, le musée s’est, depuis, enrichi de plus de 6 500 objets achetés ou reçus en don. Au départ il n’occupait que le bâtiment de l’ancienne mairie, avant de disposer d’un jardin, d’une salle d’exposition, puis d’une demi-lune dédiée à la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie et située avenue Paul-Doumer.

Rechercher et présenter toutes les facettes et les évolutions de l’histoire de Nouméa et de la Nouvelle-Calédonie. Mais également, proposer un espace vivant où chacun contribue à écrire l’histoire de tous, celle d’hier à aujourd’hui. Et surtout transmettre l’histoire à tous sous de nombreuses formes de médiation

Constituer des collections, un travail dans la durée

Aujourd’hui, le musée compte 3 444 pièces qui proviennent de dons et 2 311 pièces qui ont été achetées par la Ville. Le fonds principal s’est constitué d’abord autour de cartes postales de Nouvelle-Calédonie. D’autres objets et documents, marquant des événements précis (déportation, guerres mondiales…) et ayant appartenus à des Calédoniens ou à des collectionneurs ont ensuite été acquis ou reçus en don.
Le musée de la Ville conserve également des objets plus récents, mais qui ne manqueront pas de devenir rares dans quelques années comme les téléphones par exemple…

Quatre types de collections différentes Les cartes postales :

➢ Le musée détient notamment la plus ancienne carte oblitérée en Nouvelle-Calédonie.
➢ Des objets et des documents liés aux deux conflits mondiaux.
➢ Des objets et des documents liés à l’Administration pénitentiaire, dont 80 oeuvres d’art réalisées par des condamnés du bagne.
➢ Des objets et des documents liés à la vie en Nouvelle-Calédonie de 1853 à 1960 : première automobile de la colonie (1902), bannière de la Fraternelle (1868), livre signé par les Calédoniens qui a été remis au docteur Le Scour lors de son départ à la retraite (1921)…

L’entrée est libre et gratuite jusqu’au samedi 19 juin. Jusqu’au lundi 5 juillet, 20 panneaux affichés sur les grilles du musée présenteront les grands moments du musée : retour en photos sur l’évolution des différents lieux du musée, sur les expositions et les présentation de tous ceux qui l’ont fait vivre.

© Photo Antoine Elziere