Altercation à Paita, une information judiciaire est ouverte

judiciaire

Le parquet a ouvert ce jour, une information judiciaire du chef de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner commises en réunion à Païta le 22 mai 2021 entre 02 h et 02h30

« Il ressort de l’enquête qu’à l’issue d’une soirée karaoké organisée au Rivland, la victime âgée de 35 ans se trouvant au sein d’un groupe de personnes devant le parking de l’établissement, décidait de lancer une canette de bière  en direction d’un véhicule qui le frôlait en faisant des drifts.
En quittant les lieux à bord de leur voiture, la victime et ses amis étaient stoppés avant la bretelle de sortie située au niveau de l’enseigne Briconautes, par le véhicule qui faisait des drifts, et  qui circulait à contresens pour les bloquer« 

Rappel des faits, un contexte d’alcoolisation

Dans un contexte d’alcoolisation, une altercation éclatait entre les différents protagonistes à propos du jet de la canette de bière sur le véhicule.
Le conducteur du véhicule qui faisait des  drifts se plaçait  face à la victime, pour se battre.
Selon des témoins, des coups de poing étaient échangés, avant l’intervention du premier mis en cause qui portait un coup de pied au niveau du visage de la victime, la faisant chuter au sol.
Puis , le conducteur du véhicule qui faisait des drifts portait un violent coup de pied à la victime, au niveau de la tête alors que celle-ci se trouvait allongée sur le  sol .

Les mis en cause reconnaissent les faits

La victime transportée au centre hospitalier territorial décédait le 23 mai 2021 à 23h50.
L’autopsie ordonnée par le parquet concluait que le décès était consécutif à une série de coups ayant entrainé des lésions cranio-cérébrales majeures .
Lors de leurs auditions, les mis en cause reconnaissaient les  gestes de violences reprochés .
Le premier auteur présumé précisait toutefois qu’il avait donné un coup de pied au visage de la victime, après avoir reçu des coups de poings de sa part, en voulant s’interposer  pour calmer la situation.
Le magistrat instructeur décidait  de leur mise en examen du chef de  violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner  commises en réunion( peine de 20 ans de réclusion criminelle encourue ).

L’auteur placé en détention provisoire

Le parquet a requis le placement en détention provisoire des deux auteurs présumés , le magistrat instructeur faisant la même demande .

Le juge des libertés et de la détention a décidé de placer en détention provisoire l’auteur ayant pris l’initiative d’en découdre avec la victime en la bloquant au moyen de son véhicule et en lui portant  le violent coup de pied, alors qu’elle se trouvait allongée sur le sol.

Le second mis en examen a été placé sous contrôle judiciaire .