Ouvéa, le parquet ouvre une information judiciaire

information

Le 17 juillet 2021 vers 10h30, la brigade de gendarmerie de Fayaoué est avisée qu’une rixe est en cours lors d’une fête de mariage à la tribu d’Ouloup à Ouvéa. Une personne âgée de 41 ans est alors transportée au dispensaire, sans élément alarmant à ce stade, quant à  son état de santé.

Ne pouvant intervenir sur les lieux des faits compte tenu de l’état d’alcoolisation des participants au mariage, les gendarmes procèdent toutefois au recueil des renseignements utiles sur cette altercation physique, notamment au moyen d’un témoignage sur  l’implication d’un jeune âgé de 20 ans, qui se cacherait dans la crainte de  représailles.

Le 17 juillet 2021, vers 13 heures, la victime est transportée au Médipôle. Le 18 juillet 2021, son état de santé s’aggrave, avec un pronostic vital engagé, puis un état de mort cérébrale est constaté en début de soirée. Il est notamment relevé un traumatisme crânien majeur. 

Le 18 juillet 2021, en fin de journée, le mis en cause, qui est conduit à la gendarmerie par des membres de sa famille, est placé en garde à vue.

Rappel des faits

Lors de ses auditions, il a indiqué avoir consommé de l’alcool au cours de la nuit, puis de s’être joint au mariage, avec un cousin. A un moment donné, le cousin demande des pièces à quelques personnes, dans le but d’acheter de l’alcool, ce qui semble expliquer une première réaction impulsive de  l’homme âgé de 41 ans qui lui porte un coup de poing au visage. Alors que le jeune tente de relever son cousin, l’homme essaye de lui porter des coups. Puis il le poursuit et jette en sa direction un morceau d’aggloméré. Le jeune s’empare alors d’un morceau de bois d’une longueur de 50 centimètres et porte un violent coup au niveau de la tête, provoquant la chute  de la victime au sol. Il a précisé lors de ses auditions qu’il n’avait  pas visé la tête , il voulait  que la victime arrête de le poursuivre

Une information judiciaire ouverte

Le 20 juillet 2021, le parquet ouvre une information judiciaire du chef de violence volontaire suivie d’une incapacité totale de travail supérieure à 8 jours aggravées par l’usage d’une arme ( bout de bois) et en état d’ivresse manifeste .

Le mis en cause qui n’a pas d’antécédents judiciaires , a été mis en examen de ce chef et placé sous contrôle judiciaire par le magistrat instructeur.

Le 21 juillet 2021, suite au décès de la victime, le parquet a communiqué au magistrat instructeur un réquisitoire supplétif visant les faits de violence volontaire ayant entrainé la mort sans intention de la donner avec usage d’une arme. Le mis en examen encourt la peine de 20 ans de réclusion criminelle .