Le navire « Energy Observer » est en escale à Nouméa

Energy

Parti de l’archipel d’Hawaï le 20 juin, Energy Observer, le premier navire hydrogène autour du monde, a montré que sa capacité d’autonomie énergétique était essentielle. 3 366 miles nautiques (vitesse moyenne de 5,6 nds) ont été parcourus pour traverser l’océan Pacifique et atteindre la Nouvelle-Calédonie.
Arrivé le 16 juillet, le catamaran restera en escale pendant trois semaines à Port Moselle.

La Nouvelle Calédonie est la 68ème escale

Après plus de 25 jours de navigation à travers l’océan Pacifique, le navire a jeté l’ancre à Nouméa pour sa première escale en Nouvelle-Calédonie.

Réduire les émissions de CO2 de 35% d’ici 2030

Le territoire abrite le deuxième plus grand système récifal du monde après la Grande Barrière de Corail australienne. Pourtant, en 2019, malgré ses ressources naturelles et l’abondance des sources d’énergie renouvelables, la Nouvelle-Calédonie était encore dépendante à 97 % des énergies fossiles, avec plus de 5.200.000 tonnes de CO2 émises par an (source : Agence Calédonienne de l’Énergie).

Cependant, le gouvernement a pour objectif de réduire de 35% les émissions de CO2 de la collectivité et de doubler la production d’énergie renouvelable d’ici 2030.

Energy Observer se rend dans l’archipel pour enquêter sur les actions entreprises pour atteindre ces objectifs verts.

Parti en 2017 de Saint-Malo, son port d’attache, Energy Observer sillonne les mers pour une Odyssée autour du monde prévue jusqu’en 2024. Il a déjà parcouru plus de 40 000 milles nautiques, effectué 68 escales dont 15 avec son village pédagogique itinérant et visité 30 pays.
Le navire devait initialement être au Japon pour les JO de Tokyo mais la crise sanitaire a poussé l’équipe à revoir ses plans. 
Ce sera donc la Nouvelle-Calédonie, puis la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Indonésie et les Philippines avant finalement de rallier le Japon en décembre.