Le gouvernement veut surveiller internet !

Dès jeudi, le trafic internet passera par une passerelle gouvernementale. Cette mesure obligera tous les fournisseurs internet du pays : Canl, Internet NC, Lagoon, Mls et Nautile,  à se soumettre à une censure rapide de la part des autorités.

A partir du 1er avril, les autorités calédoniennes vont contraindre tous les acteurs internet à faire transiter leur trafic via une passerelle « gateway* » locale.

Cette passerelle filtrera tout le trafic entrant, là où cela s’avérera nécessaire, ce qui revient dans la pratique à l’application d’une censure telle qu’elle est pratiquée en Chine. Certains sites web ou applis ne seront ainsi plus accessibles.

Cette annonce a formellement comme but de conserver l’efficience et l’effectivité de l’économie, de la sécurité locale, de la coutume, de l’ordre social et de la culture.

Les fournisseurs internet devront adapter leurs lignes de façon à envoyer tout leur trafic vers la passerelle, dont ils devront eux-mêmes s’acquitter de l’utilisation. Les entreprises qui refuseront, courront le risque que leurs comptes en banque soient gelés ou que leurs autorisations d’exercer soient retirées.

En théorie, il existe cependant une procédure d’appel pour s’opposer au filtrage du contenu, mais la décision doit être prise par un comité spécial qui n’est pas encore constitué. Il ne s’agit de toute façon que d’une possibilité théorique.

* gateway se traduit par passerelle, le terme gateway désigne en informatique un dispositif matériel et logiciel qui permet de relier deux réseaux informatiques, ou deux réseaux de télécommunications, aux caractéristiques différentes. … La gateway la plus connue est ainsi la box Internet