Les pompiers de nos coeurs !

Cette semaine c’est détente et vacances. Non pas qu’on ait tous la chance d’être véritablement les « doigts de pied » en éventail au milieu de la cocoteraie, mais disons que l’on gagne quelques minutes de sommeil que l’on perd en bouchon et en stress.

 

Alors on peut se laisser aller...

 

On irait même jusqu’à faire  un petit signe, une Holà, une belle dédicace ou un grand hommage  à des Hommes et des Femmes qui font partie de notre quotidien dans le respect et la simplicité.

 

Nos pompiers

 

 ls sont de ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie. Ils nous rassurent ne serait-ce que par leur existence. Ils nous enseignent et nous invitent à mieux nous comporter dans leur désir de prendre soin de l’Autre.  

 

 

« Mais surtout ils sont les témoins de nos pires statistiques : accidents de la route, accidents domestiques, incendies, feux de brousse, secours d’urgence aux personnes etc... à leur plus grand désespoir. »

 

Entre uniforme fantasme et Réalité

 

Bal des pompiers, calendriers, uniformes et corps de rêve : on a tous contribué à ces clichés « bateaux » qui séduisent dès le plus jeune âge.

Le principe de réalité n’est pas loin et pourtant certains ont plus de bide que nous et se retrouvent parfois cantonnés à des missions peu glamour.

Mais ce qui, plus que nos clichés, doit nous raconter ces hommes et ces femmes, ce sont leurs valeurs et leurs actes.

 

"Je ne veux pas connaître ni ta philosophie, ni ta religion, ni ta tendance politique, peu m'importe que tu sois jeune ou vieux, riche ou pauvre, français ou étranger. Si je me permets de te demander quelle est ta peine, ce n'est pas par indiscrétion mais bien pour mieux t'aider.
Quand tu m'appelles, j'accours, mais assure toi de m'avoir alerté par les voies les plus rapides et les plus sûres. Les minutes d'attente t'apparaîtront longues, très longues; dans ta détresse pardonne mon apparente lenteur."

 Général CASSO, Commandant la BSPP du 1er avril 1967 au 26 août 1970

 

 

Nos héros et une grosse pensée pour  ceux qui les accompagnent

 

Envieuse des femmes de pompier mais folle qui s’y repose. Le Fantasme a ses limites et les femmes de pompier vous diront qu’être aux côtés de ce qui semblerait être le plus proche « des héros des temps modernes », n’est pas de tout repos.

D’abord parce que l’uniforme à lui tout seul  pourrait leur garantir un retour de fin de soirée quasi toujours accompagné. 

Autant vous dire que cela prend du temps : les regards noirs à distribuer, et les dents à  « vouloir » casser mais heureusement elles ont compris avec l’expérience, qu’il est inutile d’en vouloir à ces pauvres âmes esseulées qui ne pourront que baver sur leur homme … 

Mais être celle ou celui qui accompagne un pompier c’est surtout accepter qu’un tel métier, une telle manière de vivre en accord avec les valeurs de sa profession c’est parfois risquer de tout lui sacrifier.

 

Au-delà de leur mission

Dernièrement des amis me racontaient comment des pompiers professionnels et volontaires avaient acceuillis chez eux, dans leur deuxième maison, des enfants. Comment avec leur naturel et  leur spontanéité ils avaient chaque jour offert des expériences et des rencontres inoubliables.

Ce qui ne peut s’inventer ou se mystifier c’est l’envie réelle des gens d’être bon. Et je pense que nous pouvons prendre quelques minutes de notre temps et penser à toutes ces femmes et ces hommes qui peuvent demain nous sauver la vie, tendre la main au plus faible comme prendre une balle reflet de la bêtise humaine.

PS cependant je tiens à préciser que vendredi je fais un barbecue et que vous êtes Tous le bienvenus….

Merci à eux et Bonne fin de semaine à vous…

Pascale Line

Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales