Inscription
Connexion
fb
Mot de passe oublié
Icone Menu
Le syndrome de « Calimero ».
5 juin 2015
8
57

Calimero


Cette douce couverture molletonnée qui nous réchauffe les pieds, quand on a le sentiment que le reste du monde ne réalise pas en quoi un « ongle incarné » ou une entaille fait à l’enveloppe au bout de notre index gauche, est si handicapant dans la vie.

La plainte comme symptôme ou bien ?

Il y a le plaignant* basique. Celui qui utilisera ce symptôme presque sainement de façon ponctuelle et justifiée.

Par exemple quand Calimero, le moral dans les chaussettes, sans raison aucune, avec une moitié(e) accaparé(e) par d'autres choses) que par sa pauvre personne, se permet dans un dernier soubresaut égoïste d’attirer son attention par une tirade imaginative et plaintive.

Un peu comme l'enfant qui veut, à tout prix, attirer l'attention ou le regard de sa mère car lui est encore en pleine construction narcissique. Il n'y a rien de bien méchant d'avoir envie d'être regardé et dorloté.

Calimero 1


Le plaintif compulsif

Comme la copine épuisante qui ne se rend jamais compte qu’elle commence systématiquement ses propos par : "Nan mais moi c’est pire... » (Ou autre formulation similaire).

Tic de langage ou pensée réelle que tout est toujours pire pour elle ?

Dans ce type de cas, on considère l'aspect chronique de la « pathologie » avec un malade qui peut être, se sentant insignifiant, qu'il pense que seul : être dans le pire des situations, peut à la fois justifier son inutilité et réquisitionner dans le regard de l'autre la légitimation de sa place dans le groupe social ?

On finit par ne plus entendre ses propos, juste le long râle d’un condamné a mort.

Moi ce n'est pas que c'est pire mais c'est quand même bien emmerdant

A mon grand désespoir, il semble exister certains secteurs professionnels (peut être tous, je ne les connais pas dans leur ensemble mais ce sont toujours des hommes et des femmes qui les constituent) où certains ne peuvent se retenir jusqu’à plus soif de se plaindre.
Ils aiment se saisir de la moindre réunion, rencontre, discussion, instance, temps formel ou non, pour déverser leurs sempiternels refrains d'injustice qui gouvernent notre monde.

Fonction de la plainte

Il nous faut bien sur penser, critiquer ou revendiquer, mais peut être de façon utile. A commencer par les lieux ou les moments adéquats et surtout auprès des personnes qui peuvent éventuellement mettre leur cape et sauver le monde de son fléau d'injustice.

Et donc ?

Eh bien, soyons honnêtes, si nous tendons un peu l'oreille nous réaliserons que "le plaignant" au-delà d'évoquer une souffrance réelle ou supposée, tente souvent et insidieusement en désignant le responsable de son malheur, de dire que c'est cette mauvaise personne (ou mauvaise institution) qui est incompétent.

Ce n'est donc pas totalement Calimero qui est insignifiant, c'est le reste du monde qui est incompétent.

Hasard ou pas, André Sirota*, mercredi soir sur notre  « tendre » chaine nationale évoquait « l'angoisse de l'insignifiance sociale ». Certains la règle dans la violence moi j’ajouterais, basé sur des suppositions totalement subjectives, que d'autres gèrent ces angoisses d'insignifiance par la plainte.

En vous souhaitant une bonne fin de semaine j'invite tous ceux qui voudraient se plaindre auprès de mon humble personnes dans les jours, mois ou années avenir , je n'ai pas de cape et j’ai de moins en moins de patience.

 

Pascale Line

*Le plaignant est dans notre situation un synonyme de Calimero .
*André SIROTA. Professeur émérite de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense etc. venu travailler en NC autour de la violence à l’école.


COMMENTAIRES



Si vous désirez laisser un commentaire depuis le site, vous devez être connecter sur le site.
Vous pouvez vous connecter soit par facebook ou directement sur le site


fb logo


Lee Pity Bidule
oui mais mouaa c'est + mieux -- kan-mm ..
Ingrid Ulm
Net Madeleine Goyon !
Suty Slamout
C'est trop injuste !!!
Myna InclasSab
J'avoues que c'est dur de suivre parfois, même si c'est compréhensible dans l'ensemble. Le fait est que les syntaxes sont parfois "tordues" je dirais... certains paragraphes pas très utiles ou alors ils n'expriment pas correctement votre pensée ? C'est dommage car j'ai ri à certains moments, le potentiel de l'article et de votre étude aurait pu être une excellente lecture :)
Pascaline SE
je crois qu'il faut savoir suivre les critiques et les conseils.....
Guillaume Joop
Bon euh c'est bien de vouloir utilisé un champs lexical large mais y a un moment faut que ce soit compréhensible par le plus grand nombre parce que la j'ai du mal a comprendre certains passage, voir l'article entier. Et je peux vous assurer que c'est pas parce que j'ai pas pris littéraire comme option au bac...
Coco Rdf
Lamiz Voilà toi la x)
Madeleine Goyon
Ingrid Ulm :p

Retour en haut