Inscription
Connexion
fb
Mot de passe oublié
Icone Menu
La création d’emplois en panne.
26 octobre 2015
1
9

 

 

Au 2e trimestre 2015, la Nouvelle-Calédonie compte 92 100 salariés, soit 660 de plus qu’il y a un an. La création d’emplois n’a jamais été aussi faible à cette période de l’année. Le marché du travail s’essouffle, mais ce recul fait suite à un pic exceptionnel en 2014, dû au recensement de la population.
Néanmoins, l’intérim progresse, le nombre de salariés concernés par des procédures de licenciement économique recule, et des signes positifs apparaissent dans le secteur de la construction.

La création d’emplois en panne

La création d’emploi s’essouffle dans le secteur privé, et le secteur public a crée deux fois moins d’emploi que les 5 dernières années. 

- Dans les services et l’industrie l'emploi reste dynamique.
Dans les services, le médipôle de Koutio continue de stimuler l’emploi tout comme le complexe hôtelier de Bourail dans l’hébergement et la restauration. Dans l’industrie, la création d’emploi reprend dans l’industrie extractive, manufacturière et la gestion des déchets.

- Dans la construction et le commerce, les effectifs salariés sont en repli
Dans le commerce ce recul touche essentiellement le commerce de détail principalement alimentaire de carburants ou d’habillement, le commerce de gros s’en sort mieux.

L’agriculture perd également des salariés.

Création emploi

 

Le marché du travail s’essouffle.

Le nombre d’employeurs plonge. Ils sont 610 de moins qu’il y a un an. Tous les secteurs sont touchés sauf la santé et les activités financières et d’assurances.

Dans un contexte de marché de l’emploi atone, le nombre de demandeurs d’emplois recule de 2% et concerne un grand nombre de secteurs d’activité.

Source : www.isee.nc


COMMENTAIRES



Si vous désirez laisser un commentaire depuis le site, vous devez être connecter sur le site.
Vous pouvez vous connecter soit par facebook ou directement sur le site


fb logo


Veneole Veneole
Faut être fou pour embaucher ou créer une entreprise au vu de la conjoncture !

Retour en haut