Un concours pour élire l’oiseau de l’année.

Quand on parle des oiseaux emblématiques de la Nouvelle-Zélande, on pense souvent au kiwi, ce petit oiseau nocturne en forme de boule et au long bec qui a la particularité, cocasse pour un oiseau, de ne pas voler.

Fier de sa faune si singulière, le pays du kiwi lance chaque année un concours pour élire son « oiseau de l’année » afin de populariser d’autres espèces tout aussi sympathiques.

Un record de 50 000 votants a été enregistré pour cette édition 2017 qui a donc élu le kéa comme heureux vainqueur fin octobre.

 

« Le kéa est un perroquet montagnard qui peuple l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande et le seul de cette espèce à avoir élu domicile dans les montagnes. Il mesure environ 48 centimètres de long et pèse entre 800 grammes et un kilo. Son plumage est de couleur vert olive, le dessous de ses ailes orange, et son bec particulièrement écharpé. »

 

Un oiseau intelligent et très curieux

Espèce protégée sur l’ensemble du territoire néo-zélandais, le kéa est réputé être un oiseau intelligent et curieux. Sociable, il n’hésite pas à aller à la rencontre des humains dans les parcs nationaux. Sa faculté à s’immiscer et à fouiller partout grâce à son puissant bec l’a amené à se faire surnommer le "clown des montagnes".

Un patronyme affectueux mais non moins révélateur, puisque le kéa peut tout détricoter sur son passage : du caoutchouc des portières de voitures aux lacets des chaussures, jusqu’à embarquer sans vergogne des objets de petite taille. On raconte même qu’un jour, un malheureux touriste s’est ainsi fait déposséder de son passeport.

 

Sensibiliser le public

Plus qu’un simple concours, cette compétition organisée par un organisme de préservation de la faune et la flore forestières, vise à sensibiliser le public aux menaces qui pèsent sur ces espèces endémiques et fragiles.

Malgré sa force de caractère l'espèce est en déclin. On estime en effet qu’il ne resterait qu’entre 3 000 et 7 000 spécimens à l’état sauvage. Ils sont par conséquent classés sur la liste des espèces nationales en danger d’extinction. 

Ce concours vise aussi à récolter des fonds pour protéger les espèces. Cette année, plus de 10 000 dollars néo-zélandais (5 897 euros) auront été récoltés pour l’organisme Forest & Bird afin de préserver la nature.

 

COMMENTAIRES



Laie Jacqueline 6J 13h 36min

Je trouve les prix élevés !!!!

AcelEmjy AvkTndn 6J 19h 23min

Il y a encore demain ??

Patou Patou 6J 19h 27min

Vaut mieux en rire ! Allez voir ! En plus 900 balles les 12 œufs c est du jamais vu !

Delf In 6J 20h 55min

Marie Marielaure

Doudie Hdie 6J 22h 26min

Trop top

Brandon Lebacle 6J 23h 50min

Alyson, fais participer ton oiseau

Hugo Amsa 7J 17min

Philippe Catherine Goujon

Carol Duponteil 7J 49min

Et si on veut commander depuis la France?? C possible ou pas ???

Patou Patou 7J 49min


Pierre Nerriere 7J 1h 1min

C'est cet oiseau qui pilotait le kea trader

Maëva Pgde 7J 1h 20min

Caroline Martin pour quand tu pourras !

Lucas Hamm 7J 2h 14min

Nice Gyn

Christophe Poulet 7J 3h 5min

Didier

Sophie Pacific Sud 7J 4h 17min

Voilà du concret, des circuits courts à la portée de tous .... Les paniers garnis vont se faire de la concurrence loyale ...Mon argent c'est votre commerce ou pas ....Le ton est donné, aux producteurs respectueux de se valoriser par la qualité des produits bio, les porte monnaies sont là, pas ailleurs .On ne recherche pas du magnifique, mais du bon et du sain.

Marÿne Tree'dom 7J 6h 26min

Comment on fait si on adore choisir nos fruits ? C'est bien les marchés, c'est plein de couleur, c'est vivant... Pourquoi arriver à les vendre sur internet ? Qu'est ce qui ce passe ?

Wade Wilson 7J 6h 35min

Margaux Colliot

Oriane Britain 7J 6h 37min

Benito Schneider

Jean Karl Goisavost 7J 6h 49min

les pauvres ça doit pas être facile pour eux avec cette sècheresse

Moana 7J 6h 53min

Aurelie Voisin

Jean-Jacques Testet 7J 6h 56min

Tres bonne idée mais il faudra bien assimiler que ce sera un echec sans retour possible si les produits et les prix ne sont pas à la hauteur donc pas de droit à l'erreur. Par contre étant un gros consommateur de ces produits c'est une bonne chose de shunter les intermédiaires et je jouerai le jeu tout en étant vigilant et tolérant sur un certain temps d'adaptation des producteurs.

Sylviane Oniary 7J 7h 4min


Brigitte Gautier 7J 7h 9min

Ok mais les prix en baisse?

Sophie Pacific Sud 7J 7h 9min

Ca reste largement plus abordable que Moselle Brigitte .

Chivas JB Barthelemy 7J 7h 13min

Tant mieux si ça peut faire plaisir à tout le monde

Tina Nardoux 7J 7h 18min

J'attends de voir ça avec intérêt

Marc Messeant 7J 7h 20min

Olivia Cgralao
Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales