Sauver les océans pour éviter une catastrophe mondiale !

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté lundi les Etats de la planète à mettre de côté leurs intérêts particuliers pour sauver les océans et éviter une "catastrophe mondiale", en ouverture de la première conférence mondiale sur les océans des Nations unies.

Cette réunion de cinq jours est la première du genre et vise à faire face aux problèmes touchant les océans, du blanchissement des coraux à la pollution plastique, en passant par la surpêche et la montée du niveau des eaux, en raison des changements climatiques. "Nous devons mettre de côté les gains à court terme, pour prévenir une catastrophe mondiale sur le long terme", a déclaré Antonio Guterres devant l'assemblée générale des Nations Unies.

 

« Préserver nos océans et les utiliser de manière durable c'est préserver la vie elle-même. »

Cette conférence visant à définir une stratégie pour inverser le déclin des océans est assombrie par la décision du président Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

Dans son discours, le président bolivien Evo Morales s'en est pris aux Etats-Unis, estimant que le retrait de l'accord de Paris est un "déni de la science, tournant le dos au multilatéralisme et le refus d'un avenir pour les générations futures".
Ces actions sont "la principale menace pour la Terre et pour la vie elle-même", a-t-il ajouté.

 

Un appel à l'action

Les Etats membres de l'ONU travaillent à un "appel à l'action" qui doit être signé par les pays s'engageant à prendre des mesures pour nettoyer les océans et préserver ce qui est sans aucun doute la ressource la plus importante de la Terre.

Les objectifs comprennent la protection d'au moins 10% des écosystèmes côtiers et marins d'ici 2020, la réduction de la pollution des océans et le renforcement des moyens de lutte contre la pêche illégale et non réglementée.

 

Antonio Guterres a décrit de manière alarmiste l'état des océans.

 

Il a cité une étude récente démontrant que le volume de détritus plastiques pourrait dépasser le volume de poissons dans les mers d'ici 2050, si rien n'est fait.

La montée du niveau des océans menace des pays entiers, l'industrie de la pêche s'effondre dans certains endroits et les écosystèmes côtiers sont gravement affecté par la pêche, l'extraction minière, le transport maritime et le tourisme, a-t-il prévenu.

Le patron de l'ONU a appelé à des mesures concrètes, comme l'extension des zones marines protégées, une meilleure gestion des pêcheries, la réduction de la pollution et le nettoyage des déchets plastiques.

 

AFP

COMMENTAIRES



Wonder Ful 4J 5h 8min

Et bien amis calédoniens il serait temps de se réveiller ...avec tout les crados de l île y a du taf

Aurelie Massonneau 4J 8h 57min

Effectivement si chacun y mettait un peu du sien ce serai parfait ....apres mettre une amende a ceux qui balancent leurs dechets serait pas mal aussi!!!

Nawel Rousseau 4J 21h 25min

CHAQUE BALADE UN SAC ET HOP ON RAMASSE !! Si tous nous agissons on peut chnager les choses <3

Françoise Coupé 4J 23h 49min

On peut chacun commencer par ramasser les cochonneries sur les plages de la Bd, anse vata et l'au bord des rivières. Combien de gens passent à côté et ne daignent pas se baisser pour ramasser. L'excuse c'est que c'est pas eux. Mais sont qd même les 1er à se plaindre. C'est la responsabilité de tout le monde de le faire ce nettoyage

Bruno Icard 5J 40min

mdr. l'humanité est sale et peu respectueuse de la nature depuis des centaines d'années, ne fait rien pour l'écologie mais ils sont contant il ont trouvé un bouc émissaire en Trump pour justifier leur manque de valeur et le fait qu'ils n'aient rien fait.

Christian Harley 5J 1h 38min

Ha ok alors il faudrait qu'il en parle à Trumpette le cowboy de salon avec sa bouche en petit cul de poule de parfait fellateur

Franck Poupi 5J 7h 21min

Il ne vous reste plus qu'à voter France Insoumise

Gilles Debrisay 5J 7h 23min

Hereiti Ariiveheata

Hereiti Ariiveheata 5J 7h 23min

Cooool
Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales