OMA, l’Etat active le fonds de secours Outre-mer !

L’Etat a activé le fonds de secours Outre-mer suite au passage du cyclone Oma. Les communes ont jusqu’au 12 mai pour transmettre les dossiers de demande d’indemnisation.

Le 19 février dernier, le secrétaire d’Etat avait annoncé que le fonds de secours « pourrait être mobilisé si l’ampleur des dégâts le justifiait ».

Météo France a confirmé le caractère exceptionnel des intempéries qui se sont produites entre le 18 et le 21 février. Sont concernées, les communes de : Dumbéa, Païta, Boulouparis, La Foa, Sarraméa, Bourail, Poya, Pouembout, Koné, Kaala-Gomen, Koumac, Poum, Bélep, Ouégoa, Pouebo, Thio et Yaté.

Le fonds de secours a donc été activé pour ces communes.

En revanche, l’intensité des pluies et la vitesse des vents n’ayant pas eu un caractère exceptionnel, dans les communes de : Nouméa, Mont-Dore, Farino, Moindou, Voh, Hienghène, Touho, Poindimié, Ponérihouen, Houaïlou, Kouaoua, Canala, île des Pins, Maré, Lifou et Ouvéa, celles ci sont donc exclues du dispositif. 

Le fonds de secours Outre-mer, expression de la solidarité nationale en cas de catastrophe naturelle intervient notamment après la crise pour aider les particuliers, les entreprises à caractère artisanal ou familial, les exploitants agricoles, les entreprises de pêche, les pisciculteurs et les collectivités territoriales dont les biens ont été endommagés.

Les demandes doivent concerner des biens non-assurés qui n’ont pas déjà été indemnisés par ailleurs.

Après avoir centralisé les demandes, les communes devront les adresser aux subdivisions administratives Sud et Nord d’ici au 12 mai 2019 au plus tard.

Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales