Le retour de la formule 1 à Melbourne.

Après quatre mois de trêve, la Formule 1 revient ce week-end, du 18 au 20 mars. Et comme de coutume, elle reprend à Melbourne, pour le Grand Prix d'Australie. 
Une course où l'on attend un duel entre Mercedes et Ferrari, et où les changements de règles devraient offrir plus de spectacle. 


La discipline sort de deux années dominées par Mercedes. En 2014 et 2015, la marque à l'étoile a obtenu les mêmes résultats : 16 victoires en 19 courses, le titre des constructeurs et celui des pilotes (avec Lewis Hamilton) sans avoir vraiment été menacée par la concurrence.

Mercedes semble prête à poursuivre sa marche en avant cette année puisqu'elle sort d'essais hivernaux exemplaires. Une fiabilité impressionnante, une vitesse et une régularité toujours au top : pas de doute, le triple champion du monde Lewis Hamilton et son équipier Nico Rosberg seront favoris.

Ferrari en embuscade

Mais en 2016, les espoirs d'un championnat plus disputé sont bien réels. Les amateurs de Formule 1 comptent sur Ferrari et sa capacité à revenir au contact du constructeur allemand.
Vainqueurs de trois Grand Prix la saison dernière grâce à Sebastian Vettel, les Rouges ont titillé leurs rivaux en certaines occasions.
Car le Grand Prix d'Australie est l'un des plus passionnants de la saison. Le circuit de l'Albert Park, tracé au coeur de la ville, est piégeux avec sa piste glissante et ses murs toujours proches. Les erreurs et les accrochages y sont nombreux, ce qui redistribue généralement les cartes.

Un règlement modifié pour plus de spectacle

Et cette année, priorité au pilotage avec des changements de règlement.
- D'abord, les qualifications du samedi proposeront un système par élimination toutes les 90 secondes, où les pilotes devront gérer une pression plus importante. La séance sera donc animée et des surprises ne sont pas à exclure.
- Ensuite, le choix des pneus à utiliser en course sera plus large et offrira de la diversité dans les stratégies des uns et des autres. De quoi avoir plus de suspense, de dépassements, et de rebondissements.
- Enfin, la règlementation a réduit les échanges par radio entre le pilote et ses ingénieurs. Par exemple, le pilote n'aura plus d'informations concernant l'usure de ses pneus et sa quantité d'essence. Il bénéficiera donc de moins d'aide et des erreurs sont donc à prévoir, en stratégie comme en pilotage.

Avec ces changements et un circuit toujours propice au spectacle, le Grand Prix d'Australie à Melbourne est le rendez-vous de ce week-end à ne pas manquer.

Pierre Lépine, lepetitjournal.com/melbourne.

COMMENTAIRES



Jean-Jacques Testet 1 Année 4J 17h 58min

Dommage pour le spectacle ce nouveau système de qualifications il enlève tout intérêt en fin de qualif, espérons que la nouvelle règle de restriction de communication en course redonnera la main aux qualités pures des pilotes face a l'informatique et la stratégie, vivement dimanche!

Eric Rossi 1 Année 4J 17h 58min

Réunion aujourd'hui pour changer le format des qualifs pour le prochain GP

Jean-Jacques Testet 1 Année 4J 17h 58min

Ca va ils reagissent vite parce que la Q3 ca voulait plus rien dire et cette formule de calcul chronométrique est trop juste, ou est le coté sportif dans tout ça?

Marie Brittner 1 Année 4J 19h 9min

denis aimait la formule 1 il ne loupait pour rien au monde les courses
Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales