Inscription
Connexion
fb
Mot de passe oublié
Icone Menu
Si internet m’était enlevé.
2 juin 2016
0

L’autre soir les plombs sautent à la maison...

J’avoue et m’excuse pour la planète, on se croyait au château de Versailles avec toutes les pièces allumées ainsi que le four et la théière. Du coup, tout à sauter. On tente avec la Tantine de redémarrer la machine et là black out total !
                                                                   Plus d’internet……… Pinaize.

 

De longues heures et journées sans internet (au boulot, ils ont bloqué les ¾ des trucs intéressants !). Pendant ces quelques jours, j’ai eu le loisir de ressentir et constater en situation réelle les manques que ce besoin fictif et moderne ont pu enraciner dans nos comportements.

 

Et s’il n’y en avait plus du tout ?

Au-delà de toute considération philosophique, éthique, mondiale, économique ou sociale, quelles seraient les effets sur nos simples vies de mortels, au quotidien, si le web venait à disparaitre ?
Bien sûr, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. La consommation de la toile ne se fait pas sur le Caillou, sur les mêmes modalités pour chacun d’entre nous.

 

- Il y a ceux qui n’ont pas internet, sauf au boulot ou chez la voisine.

- On trouve aussi des consommateurs ponctuels qui peuvent avoir internet mais qui ne vont que très rarement y mettre le nez.

- Il y a la copine ou le pote qui refusent d’intégrer le monde des réseaux sociaux, qui n’utiliseront que certaines grandes fonctions comme la musique et les films à tout heure du jour et de la nuit.

- Il y a le consommateur bien dans ses baskets qui, dès qu’il rentre chez lui, branche l’ordi : il est parfois collé devant et parfois il ne fait que passer devant l’écran.

- Et pour finir, il y a le Gang de la 3G. Je ne le connais pas bien mais qui m’a l’air valable. Du coup même si au boulot vous ne pouvez pas aller sur FB, avec eux vous pouvez..

 


Pasca 2 internet

 

 

Alors que se passerait il ?

Toutes catégories confondues, on pourrait imaginer que :

- Certains auraient sûrement besoin de la mise en place d’un protocole de soin avec accompagnement médicamenteux en soutien renforcé pour se sevrer

- Quelques bons copains pourront travailler sur leur frustration de ne pas toujours avoir la réponse immédiate à une question de culture G à l’apéro. Peut être même qu’ils pourront même s’approcher d’un livre et en tourner les pages.

- Il nous faudra faire confiance à notre sens de l’orientation et à celui du collègue pour trouver le magasin dont il nous parle et qui se trouve quelque part dans le dédalle de Ducos.

- Les parents devront trouver autre chose pour immobiliser leurs gosse,s à n’importe quel moment, devant un « écran
animé » pour finir de passer l’aspirateur ou profiter de l’apéro avec les copains (ou faire le deuil d’une discussion d’adulte snullement entrecoupée de demandes sans fin).

- Il faudra abandonner l’idée d’un barbecue « ultra organisé » et revenir à l’âge d’or du barbecue constitué de bière et de viandes (parce que c’est plus pratique et meilleur)

- Fini les tutos pour réaliser une lampe de chevet en pâte à sel, mettre du mascara ou changer une roue.

- On ne sera plus tenté d’acheter des téléphones qui coûtent deux fois son loyer pour avoir internet toute la journée. Et avec lequel on ne fait finalement rien d’autre, que d’aller zieuter FB et le mur de son ex !

- On pourra enfin rendre à certains adolescents un peu d’humanité, de disponibilité et de connections neuronales… etc

 

Pasca 1

 

Pas d’extrémisme, s’il vous plaît !

Comme on le dit à chaque fois, il y a toujours un revers de la médaille.

Car bien sur qu’internet c’est aussi une multitude d’aspects positifs. Et les professionnels qui l’utilisent chaque jour pour différentes raison, ne peuvent que défendre cette idée.

Finalement ce n’est pas d’internet dont il faut se méfier mais bien des travers humains qui en
découlent. Alors levons un peu les yeux de l’écran, apaisons nos pulsions de voyeurisme,
diminuons notre crédulité quand à la masse d’information informe que nous propose internet. Et ne choisissons pas toujours la facilité.

Bonne fin de semaine à tous et pour les plus chanceux bon départ en vacances.

Pascale Line


COMMENTAIRES



Si vous désirez laisser un commentaire depuis le site, vous devez être connecter sur le site.
Vous pouvez vous connecter soit par facebook ou directement sur le site


fb logo



Retour en haut