Inscription
Connexion
fb
Mot de passe oublié
Icone Menu
La séparation, avec ou sans enfant ?
7 juillet 2016
2
31

Vous pensiez avoir connu le pire de la séparation, tant à la place du quitté qu'à celle du monstre sans coeur qui a égoïstement décidé d'arrêter d'aimer.

Avez vous seulement imaginé aller crier votre amour déchu sous les fenêtres de votre “nouvellement ex moitié”, un matin à 4h00, en demandant à vos gosses de 3 et 12 ans de faire le guet au cas ou un camion de flic tenterait de vous embarquer pour tapage nocturne.

Se séparer, c'est déjà pas l'activité la plus fun que je connaisse, mais avec les gosses on passe de la simple division à un système d'équation à multiples inconnues.

 

Camping familial chez les potes!

Dans les premiers temps post rupture, se pose lourdement la question du logement.
Il faut dire que  le F4 adorable qui protégeait votre amour devient un palas de la Côte Ouest qu'il va être difficile d'assumer avec votre seul salaire .

Allez squatter chez votre meilleure amie comme à chacune de vos ruptures passées, revient désormais avec vos 2 mioches et le bordel indispensable qui les accompagne, à laisser s'abattre un fléau incontralable en plein milieu de son salon.
Avec les années vous avez appris que certaines amitiés sont bien trop précieuses pour les perdre bêtement.

Alors à la “courte paille d'urgence”, on choisit celui qui continuera à payer en vivant ailleurs, en attendant la suite et l'élaboration d'un plan d'attaque avec comme outil :

- La grille d'evaluation de la pension alimentaire pour celui qui s'y colle
- Une banque sympas en vue des frais à venir
- Une famille et/ou des amis au top, qui vous donneront la main
- Une bonne assistante sociale (pour vous aider à trouver cette p.... de grille de pension alimentaire, entre autre...)
- si il le faut une rencontre avec le juge des affaires familiales, de son petit nom le JAF qui vous aidera a gérer la délicate question des droits de garde.

 

Pasca 2

 

Qui garde quoi et qui, et comment ?

Concernant le meuble tv, la glacière ou la pendule du salon, je me dis que finalement même si l'on se trompe et qu'on regrette le partage, ça ne devrait foutre la vie en l'air de personne.

Concernant les Petits, la question reste toujours délicate entre théorie patriarcale et avancée en psychologie du développement. En clair, ça reste toujours aussi aléatoire de prendre la bonne décision pour nos enfants. Il y a la réalité financière , professionnelle, matériel et souvent s'y entremelle les raisons de la rupture.

Etre un parent parfait c'est toujours aussi impossible qu'avant. On le sait, on est faillible et on le restera . Surtout si la rupture est douloureuse chaotique, et engendre colère deception et mesquinerie: dur de ne rien laisser transparaitre.

Il est reconnu qu'il y a peu de meilleure therapie que de descendre son ex pour se persuader que la situation actuelle est à notre avantage puisque elle/il est un C... Mais ne pas oublier (c'est indiquer en fin de notice) que vos enfants n'ont pas à en subir les effets secondaires. Meme un petit ”mmmh... ça c'est bien ton père” en regardant le ciel avec une mou de dégoût, revient à dire que c'est un nul. 

Nos enfants ne sont pas des “jambons” ils captent mieux que personne le discours non verbal et tout le reste.

 

Pasca 3

 

La lutte de pouvoir doit donc cesser.

Et, selon certains, le couple parental doit survivre au couple conjugal. Ca m'a pas l'air simple ( je connais pas !)
Chaque décennie apporte des solutions, et la mouvance du moment qui ferait débat du coté de la métropole c'est la garde alternée.
Du côté de chez nous je ne sais pas combien s'y sont essayé ?
J'ai tenté de me renseigner j'en ai conclu que la garde alternée c'est un peu réussir a être une famille harmonieuse communiquante saine et équilibré mais sans l'obligation de sexe...

Je suis à l'écoute de tous vos témoignages, car je n'ai pas encore trouvé quel serait la meilleure solution pour prendre soin des enfants.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine en espérant bien entendu que rien de ce genre ne vous tombera dessus...

Pascale Line


COMMENTAIRES



Si vous désirez laisser un commentaire depuis le site, vous devez être connecter sur le site.
Vous pouvez vous connecter soit par facebook ou directement sur le site


fb logo


Inconnue
Bonjour Pascale, L'article est intéressant et je souhaiterai à cette occasion partager mon expérience ... Je suis séparée du père de mes deux enfants âgés de 7 et 2 ans, depuis maintenant 1 an et avons tous deux convenu à l'amiable d'une garde alternée (1 semaine/2), soit du lundi au lundi. Je me permet de mettre l'accent sur le fait qu'en plus de devoir se reloger, se ré-équiper, et se ré-organiser sur l'ensemble des petites et grandes choses qui font un quotidien, le plus difficile et délicat à surmonter et à gérer, est bien sur la relation affective parent/enfant. Partant du principe que les grands (ADULTES), doivent se comporter en ADULTES, la relation avec l'enfant en prend un grand coup ! Et malheureusement le parent n'y est pas préparé du tout... Pour ma part, ayant quitté le domicile familiale, j'ai du faire face à d'innombrables reproches et chantage affectif de la part de mon aîné de 7 ans, pour qui j'étais la seule fautive et qui avait du jour au lendemain, brisé le cocon familiale. Après quelques consultations auprès d'un professionnel, (pour ne pas dire ''Psy''), qui soit dit en passant n'a répondu n'y de près, n'y de loin à mes interrogations, je me suis retrouvée complètement désarmée et baignant dans un sentiment de culpabilité croissant, face au chagrin et désarroi d'un ptit bonhomme, qui refusait même de voir sa mère et préférait rester avec son père. Face à ces ressentiments et à cette situation compliquée, la seule chose que je conseille, c'est de s'armer d'une grande patience et de confiance en soi. L'écoute, la communication et l'empathie vis à vis de votre enfant est indispensable, mais ce qui l'es plus, c'est tout l'amour qu'il ne faut surtout pas cesser une seconde de lui donner et de maintenir tant bien que mal, tous les petits rituels et habitudes que vous aviez avec votre boutchou. Autre chose de très important ! : GARDER CONFIANCE ! Garder confiance que les choses iront en s'arrangeant et surtout garder confiance en vos choix. Il n'y a pas de notice ou de guide du parent parfait, tant que l'on fait les choses par amour et en respectant une ligne de conduite, le retour ne peut qu'être positif. A partir de là, lorsque les deux parents agissent dans l'intérêt de l'enfant, la garde alternée et pour ma part une bonne solution pour maintenir un cadre et une éducation plus ou moins stable pour les enfants, qui jouissent de moments et d'attentions de leurs deux parents. Au terme des pires 13 mois de ma vie, mes enfants sont heureux de retrouver leur père et mère tous les 7 dodos (pour reprendre les termes de mon fils), et c'est devenu une forme de stabilité dans leur vie. Voilà, j’espère que mon commentaire n'est pas trop long et merci pour cette parenthèse ''SEPARATION AVEC OU SANS ENFANT''. Alex.
Inconnue
Bonjour Pascale, L'article est intéressant et je souhaiterai à cette occasion partager mon expérience ... Je suis séparée du père de mes deux enfants âgés de 7 et 2 ans, depuis maintenant 1 an et avons tous deux convenu à l'amiable d'une garde alternée (1 semaine/2), soit du lundi au lundi. Je me permet de mettre l'accent sur le fait qu'en plus de devoir se reloger, se ré-équiper, et se ré-organiser sur l'ensemble des petites et grandes choses qui font un quotidien, le plus difficile et délicat à surmonter et à gérer, est bien sur la relation affective parent/enfant. Partant du principe que les grands (ADULTES), doivent se comporter en ADULTES, la relation avec l'enfant en prend un grand coup ! Et malheureusement le parent n'y est pas préparé du tout... Pour ma part, ayant quitté le domicile familiale, j'ai du faire face à d'innombrables reproches et chantage affectif de la part de mon aîné de 7 ans, pour qui j'étais la seule fautive et qui avait du jour au lendemain, brisé le cocon familiale. Après quelques consultations auprès d'un professionnel, (pour ne pas dire ''Psy''), qui soit dit en passant n'a répondu n'y de près, n'y de loin à mes interrogations, je me suis retrouvée complètement désarmée et baignant dans un sentiment de culpabilité croissant, face au chagrin et désarroi d'un ptit bonhomme, qui refusait même de voir sa mère et préférait rester avec son père. Face à ces ressentiments et à cette situation compliquée, la seule chose que je conseille, c'est de s'armer d'une grande patience et de confiance en soi. L'écoute, la communication et l'empathie vis à vis de votre enfant est indispensable, mais ce qui l'es plus, c'est tout l'amour qu'il ne faut surtout pas cesser une seconde de lui donner et de maintenir tant bien que mal, tous les petits rituels et habitudes que vous aviez avec votre boutchou. Autre chose de très important ! : GARDER CONFIANCE ! Garder confiance que les choses iront en s'arrangeant et surtout garder confiance en vos choix. Il n'y a pas de notice ou de guide du parent parfait, tant que l'on fait les choses par amour et en respectant une ligne de conduite, le retour ne peut qu'être positif. A partir de là, lorsque les deux parents agissent dans l'intérêt de l'enfant, la garde alternée et pour ma part une bonne solution pour maintenir un cadre et une éducation plus ou moins stable pour les enfants, qui jouissent de moments et d'attentions de leurs deux parents. Au terme des pires 13 mois de ma vie, mes enfants sont heureux de retrouver leur père et mère tous les 7 dodos (pour reprendre les termes de mon fils), et c'est devenu une forme de stabilité dans leur vie. Voilà, j’espère que mon commentaire n'est pas trop long et merci pour cette parenthèse ''SEPARATION AVEC OU SANS ENFANT''. Alex.
Ouamrouche Malik
Ta pas la chance cousine. ..quand tu veux..tu passes
Nicole Galeazzi
Beau coup de séparation et de divorce les enfants trinque et la délinquance commence et les séparations son enfants ses pas trop grave un de perdu dix retrouvé
Inconnue
pas facile la séparation mais plus difficile de voir son enfant refuser de voir sa mère et de m en vouloir quand ça arrive!!!
Inconnue
pas facile la séparation mais plus difficile de voir son enfant refuser de voir sa mère et de m en vouloir quand ça arrive!!!
Laurence Ratayzyk
vous mettez le chien au même rang que la télé et la glaciaire donc il est considéré comme un meuble :(

Retour en haut