Raconte moi un squat !

En ce moment on est tous préoccupés : par nos enfants, notre boulot, le prix du Milo, la Tantine qu’il faut amener chez le doc,  notre chef qui s’enfonce toujours plus loin toujours plus haut dans la bêtise et l’incompétence et le fait de savoir accessoirement qui dirigera la France.

Entre la récurrence, le quotidien et les aléas, j’ai à nouveau ripé sur ces familles « gentiment » délogées de leur squat. J’avoue certaine fois je maîtrise à minima les sujets, mais avec celui-ci je m’y perds presque totalement entre ce qui est dit, interdit, autorisé, laissé-passé … et la réalité.

 

Raconte-moi un squat

 

Quand un gentil Zoreil arrive (un peu comme moi à l’époque), il est souvent un peu surpris par cet espace de vie urbain et péri-urbain. On est préparé par les guides, les forums ou les copains de fac, au concept de la Tribu. Mais le squat on s’y perd entre nos représentations occidentales et la réalité calédonienne.

Alors bref, on arrive on tend « l’oreille », on essaye de comprendre.

 

- « Ils ont de quoi payer un pickup, mais ils payent ni loyer ni eau... Moi aussi je pourrais avoir un pickup  à ce rythme-là, même 2 »

- « Et en plus t’as vu la Vue qu’ils ont ! »

- «Ils profitent sur notre dos, ils n’ont qu’à aller travailler »

 

Certains jours on se dit qu’il fait bon de tendre l’oreille, mais peut-être  pas de tout retenir.

Après 3 jours de pluie permanente, 40 degrés sans un pète de vent ou une bonne épidémie de dengue, je trouve que le
« Le Palace, à pas cher sur le dos des autres comme ils disent »,  fait beaucoup moins rêver!

 

Il était une fois un squat... ou peut-être un mode de vie.

 

Aux quatre coins du monde on parle du phénomène de l’Eldorado, les américains en ont fait un Rêve, et chez moi les vieux disaient tout simplement « l’herbe est toujours plus verte ailleurs ».

La capitale, ses lumières, son économie grandissante si ce n’est pas florissante pour tous, sa modernité et les besoins qu’elle crée.

La capitale et sa possibilité d’avoir une bonne excuse pour démarrer de chez soi, de quitter ce qui nous semble ennuyeux et trop contraignant pour les 40 prochaines années à venir. La terre qui nous appartient et sur  laquelle on estime avoir des droits. Les difficultés familiales, professionnelles etc…..

Il y aurait plein d’histoire à raconter, mais la réponse à la question y vit-on par choix ou par obligation, me parait tout aussi flou 6 ans après.

Cependant j’ai toujours en tête les propos de d’une amie :

« A savoir que le mode de vie au squat est quand même presque identique à la tribu en brousse. Mais une tribu dans la ville les gens n'aiment pas parce qu'ils ne connaissent pas, aussi ils craignent, parce que souvent ce sont des noirs et que les noirs ça boit et ça agressent ….»

 

Et donc ?

 

Le squat est par définition illégal. Mais il serait aussi une alternative à une urbanisation non adaptée, pour certains calédoniens. Les institutions participent à leur viabilité et d’une certaine manière à leur pérennisation. Or certains doivent disparaitre, car, paraît-il  promis à des avenirs plus lucratifs

Du coup à chaque coup d’éclat médiatique d’éviction grand spectacle,  je doute :

 

La Calédonie et les calédoniens défendent ils ce « jeune » espace de vie urbain et son organisation sociale, ou rêvent ils tous au fond de les voir disparaitre ?

 

Bonne fin de semaine à tous et pensez à vous détendre ce week-end.

 

Pascale Line

 

© Géo.fr  

COMMENTAIRES



Andree Leder 14J 13h 40min

Le squat remonte a une trentaine d'années pourquoi avoir fermé les yeux tout ce temps ? .....

Touhaé Christian 16J 15h 54min

il y a des squats très bien agencés pourquoi vivre ainsi ???? même si on n'a pas le choix

Mika Manbo 17J 5h 58min

Chacun fait son bonheur comme il entend....

Aurélie Massardier Stenfort 17J 16h 10min

Pourquoi payer un loyer au FSH ... Quand on peut ne pas payer de loyer ? Si certains sont heureux comme ça, en communauté, pourquoi leur demander de partir ? Pour leur bonheur ou pour des raisons électoralistes ou capitalistes ?

Françoise Dilasser 17J 16h 10min

Problèmes d'hygiène ???

Lynx Debaron 17J 16h 10min

Non pas un problème d'hygiène. Fans logements FSH ce n'est pads mieux et leur environnement es moins sain

Lynx Debaron 17J 18h 55min

C'est un peu comme les favelas et le processus d'occupation est le même. Donc c'est tout à fait normal dans un environnement urbain cher.
Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales