l’environnement, le recyclage, l’affaire de tous ?

Recyclage, motivation... A Nouméa, débrouille toi !

 

L’avantage quand on travaille avec des gosses c’est de faire un max de choses éducatives et ludiques. La culture sous cloche et les animations pédagogiques peuvent parfois même nous surprendre.

Douce ironie que de se rendre à la maison pédagogique de l’environnement du Mont dore et de longer le dépotoir «mangrovien» (quoi ça n’existe pas, ben si regarde par la fenêtre, côté droit à marée basse quand tu vas de Nouméa à Boulari) un jeudi matin.

Pour l’itinéraire bucolique on repassera, mais pour ce qui est de sensibiliser les gosses par un cas pratique c’est le top.

 

Félicitations, c'était plus cool

 

On s’y est rendu pour voir. Ca faisait un bail qu’on passait devant. Je n’en avais pas vraiment entendu parler. Et bien c’est un tort, on devrait le crier haut et fort ! Dieu ainsi que mes collègues savent que j’aime râler par principe, mais là on a passé un bon moment.

« L’animatrice, quels que soient les gosses, semble à l’aise, simple et capable de s’adapter.
On ne se contente pas de dire.  On montre, on touche on manipule. On trie vraiment les déchets. Du concret à l’abstrait l’idée c’est que l’enfant reparte avec un savoir réel et palpable et qu’il puisse l’appliquer ».

 

 

Le lieu est surprenant entre bitume, rondpoint, fast food et de l'autre côté, une colline dotée d’un point de vue aménagé où l’on réalise que chez nous l’urbanisation n’a pas pu se débarrasser de sa nature.

Franchement j’y ai appris quelques trucs, affiné quelques clichés. Et notamment que nos voisins montdoriens avaient bien plus avancés en matière de recyclage domestique que nous.

 


Bien sur certains nouméens font du tri, du compost et élèvent des poules (mais pas moi). Ils sont volontaires et disciplinés comme l’exige la commune de Nouméa, mais tous les autres ?

 

Pourquoi on ne fait pas tous pareil ?

 

Du côté de Nouméa, parait-il qu’on serait sur la base du volontariat. L’idée c’est que notre quotidien n’est pas assez chargé entre famille, les voisins, le boulot, l’administratif, les courses, le sport (pour ceux qui ont vraiment envie de s’en rajouter), les galères diverses et variés, alors on nous teste :

« le tri c’est pour toi aussi » enfin si tu peux….»

 

 

 

 

Mais il nous faut prendre soin de cette terre qui nous a vu naître.

Alors pour ce qui est de ne pas jeter par la fenêtre nos déchets, on y arrive tous pour la plupart. Même si quelques abrutis persistent encore dans leur pratique.

 « Non, les mecs qui débroussent ne sont pas là pour ramasser vos déchets ».

Mais en ce qui concerne les déchets domestiques, la base du volontariat c’est peut-être un peu léger.

Les prochaines générations par  leur passage à l’école et autres préventions dès le plus jeune âge seront peut-être à même de recycler de façon autonome et spontanée. Mais je pense que beaucoup aujourd’hui ont besoin d’être pris par la main, légèrement de force, pour se mettre à la culture écolo qui n’est pas la leur.

 

Deux containers à poubelle l’un jaune, l’autre rouge,  le tout agrémenté d’un autocollant avec quelques dessins de déchets. Ce n’est certainement pas trop demandé puisque nos voisins en sont pourvus.  (Et avec en prime un bac à verre et à compost…)

« - A Nouméa on nous teste… oui ben alors ils connaissent maintenant la réponse… On fait pas ! »

 

Bonne fin de semaine à tous, bon week-end et pour certains, bon vote…

 

Pascale Line

 

Maison pédagogique de l'environnement

Critères de publication
Copyright Radiococotier 2010-2016 ©
Mentions légales