Données personnelles, l’UFC Que choisir propose de faire le ménage

L’UFC-Que choisir, l’association de consommateurs, a lancé un outil en ligne qui permet aux internautes de découvrir quelles données sont collectées par les plateformes qu’ils utilisent, ainsi que d’exercer leurs droits de rectification, de suppression et à l’oubli.

Un outil qui permet de savoir ce que l’on sait de vous

Notre activité sur internet laisse des traces de notre passage, cependant il n’est pas toujours évident de savoir quelles sont ces traces et comment s’en débarrasser. C’est pour cette raison que l’UFC-Que choisir a mis en place cet outil qui permet aux utilisateurs de découvrir concrètement quelles données sont collectées par les plateformes qu’ils utilisent.
Il permet également d’exercer leurs droits de rectification, de suppression et à l’oubli.

Une procédure didactique et accessible

La procédure imaginée par respectemesdatas.fr est très didactique et assez simple.

On démarre en cliquant sur « Récupérer vos données » ou sur une des icônes des principales plateformes, de Facebook à Netflix en passant par Uber, ou encore sur la case « Autre » si celle que vous recherchez n’apparaît pas.
Il faut suivre ensuite les étapes indiquées pour télécharger vos données et « glisser » le fichier récupéré dans la fenêtre qui apparaît à l’étape 2, c’est-à-dire dans le module d’analyse et « Explorez vos données ».

Les données sont présentées sous forme de graphiques, ce qui permet de savoir quelles activités sont pistées, quelles publicités sont envoyées et même les centres d’intérêt qui ressortent de l’analyse.
Vous avez alors la faculté d’exercer ces fameux droits de rectification, de suppression, et à l’oubli, là encore par une procédure simplifiée.
Trois champs sont à remplir dans un formulaire accessible en cliquant sur « Exercer vos droits ».

L’outil, intitulé « Respecte mes données » et accessible à l’adresse respectemesdatas.fr est associé à une campagne de sensibilisation et d’information.

Previous post Travaux sur l’ouvrage de Fonwhary sur la commune de la Foa
Next post La nouvelle politique d’accueil des navires de croisière ne fait pas l’unanimité
Close