La culture et la lecture seraient elle l’apanage des riches ? 

Alors que le gouvernement envisage de réformer la TGC, il a été constaté que les dépenses fiscales consenties en matière culturelle présentaient « un caractère anti-redistributif dans la mesure où ces consommations sont davantage le fait des ménages disposant des revenus les plus élevés »

Des exonérations qui n’auraient pas fait preuve de pertinence

Si le secteur du spectacle vivant, particulièrement affecté par la crise sanitaire des 2 dernières années a finalement été écartée, ce n’est pas le cas de l’exonération sur les livres qui pourrait être envisagée pour « harmoniser le traitement des consommations culturelles »

Et pourtant…. Riches ou pauvres Il a largement été avancé que lire des livres améliore le vocabulaire, le raisonnement, la concentration et la pensée critique, et que la littérature stimule les processus cognitifs comme la perception sociale et l’intelligence émotionnelle qui peuvent contribuer à prolonger la vie.

Previous post Présence de patuline, des gourdes de compote rappelées
Next post Adieu, steak frites, sandwiches américains… il n’y a plus de patates ! 
Close