Tirs baie de la Moselle, une information judiciaire est ouverte

Le parquet a ouvert ce jour une information judiciaire des chefs de tentative d’assassinat et de violence volontaire aggravée commise le 6 novembre, sur la baie de la Moselle.
Deux coups de feu avaient été entendus vers 18 h 15, sur le parking de la place Moselle, venant toucher un homme âgé de 33 ans et une femme âgée de 53 ans qui se trouvaient  à proximité immédiate  des manèges.

Il ressort de l’enquête que la première victime avait eu un différend avec deux hommes, un père âgé de 49 ans et son fils âgé de 23 ans en sortant du restaurant « Au bout du monde » vers 17h 00.

Cette première victime, accompagnée de sa compagne et d’un couple d’amis avait reproché au père qui sortait du bar, d’uriner contre un arbre tout en exhibant son sexe à la vue des femmes qui se trouvaient sur les lieux. Lors de cette altercation, la première victime apparemment excédée par l’attitude de l’auteur des incivilités, portait un coup de poing à ce dernier .
Les deux hommes finissaient par partir à bord d’un véhicule. Les enquêteurs faisaient très rapidement un lien entre cette altercation et les coups de feu visant les deux victimes .

Sur le préjudice corporel subi par les victimes justifiant pour chacune, une incapacité totale de travail de 10 jours, l’homme présente une « plaie délabrante » du mollet , et la femme plusieurs lésions au niveau des chevilles, de la cuisse et de la hanche.

Le mis en cause reconnait les faits

Lors de leurs auditions, le mis en cause, le père reconnaissait avoir eu une altercation avec les deux personnes victimes : insultes et coup de poing, alors qu’il avait consommé une quantité importante d’alcool.
Il avait décidé d’aller chercher une arme à feu, dans un dock, en compagnie de son fils, et de revenir sur les lieux pour « calmer les personnes »  avec lesquelles il avait eu un accrochage. Au retour, près de la place Moselle, le père et son fils avaient eu plusieurs gestes de provocation, notamment des doigts d’honneur à l’égard du groupe resté sur la place.

A 200 mètres des victimes, le mis en cause tirait deux coups l’un touchant le sol mais venant atteindre la victime âgée de 53 ans, puis le second, en visant les membres inférieurs de la victime, qui lui avait porté un coup de poing.

Le fils du mis en cause qui avait tenu l’arme avant les tirs, avait également dissimulé partiellement la plaque d’immatriculation du véhicule à l’aide de son tee-shirt afin d’éviter leur identification. Ce mis en cause avait également dissimulé l’arme utilisée en la cachant à son domicile ainsi que le véhicule de son père .

Lors de leurs auditions, le tireur déclarait qu’il voulait intimider la première victime, et certains membres du groupe, avec lesquels il avait eu l’altercation, sans avoir eu l’intention de donner la mort .

Les deux mis en cause ne sont pas connus de la justice.

Dans son réquisitoire introductif, le parquet a retenu le crime de tentative d’assassinat intégrant des actes de préméditation concernant la première victime, l’homme directement visé, et le délit de violences volontaires préméditation et en réunion concernant les faits commis sur la seconde victime, une femme âgée de 53 ans.

Les mis en cause ont été mis en examen des chefs d’infractions susvisés et placés sous contrôle judiciaire, pour l’un, sur décision du magistrat instructeur, pour l’autre, le tireur.

Previous post 2 milliards de dollars, le plus gros gain de l’histoire remportée à la loterie
Next post Le gouvernement a présenté mercredi une réforme de la TGC
Close