1,2 tonnes de médicaments non utilisés, collectés !

La campagne destinée à récupérer les stocks des particuliers et à lancer la nouvelle filière réglementée dédiée aux médicaments, a débuté en avril. En trois mois seulement, plus d’une tonne de médicaments non-utilisés (MNU), ont été collectés via les pharmacies et cliniques vétérinaires.

Ces premiers résultats très encourageants, comptabilisés fin juin, ont pu être atteints grâce à la mobilisation des acteurs de la filière et des administrés, qui ont joué le jeu du tri et du dépôt.

Les médicaments non-utilisés, 8e filière réglementée 

C’est dans le cadre de son schéma provincial de prévention et de gestion des déchets que la Province Sud a intégré en juillet 2021, cette 8e filière réglementée dans son Code de l’environnement et poursuit cette année sa mise en œuvre opérationnelle.
L’opération est pilotée par Françoise Suve, élue provinciale et rapporteur de la commission Environnement : 

« Les médicaments, en tant que produits chimiques, sont considérés comme des déchets dangereux :  ils représentent un danger pour la santé et pour l’environnement et constituent un risque de pollution. À ce titre, ils doivent faire l’objet d’une collecte et d’une prise en charge spécifiques »

La responsabilité élargie des producteurs

Cette nouvelle filière de traitement des MNU est construite selon le principe reconnu de la REP, responsabilité élargie des producteurs, c’est à dire que ceux qui mettent le produit sur le marché doivent contribuer à son élimination.

Ainsi, pour répondre aux obligations règlementaires, les grossistes/importateurs ont créé l’éco-organisme Ecopharm afin d’assurer la gestion opérationnelle et financière de la filière, en s’appuyant sur le réseau de pharmacies et de cliniques vétérinaires. 

Quels produits sont concernés ?

Les particuliers peuvent déposer, dans les pharmacies et cliniques vétérinaires de la Province Sud, les médicaments non-utilisés à usage humain ou vétérinaire comme les sirops, les solutions, les suppositoires, les ovules, les comprimés, les gélules, les poudres, les pommades, les crèmes, les gels, les aérosols ou encore les sprays.
Ne sont pas concernés les seringues, aiguilles, pansements, compresses, lunettes, prothèses, radiographies, thermomètres, appareils médicaux et les articles de parapharmacie (dentifrice, crème solaire…)

https://casselesprix.com
Previous post Semaine de l’écomobilité, l’association droit au vélo se mobilise
Next post Dengue, le moustique tigre gagne du terrain en métropole
Close