L’emploi local en question à Air Calédonie

Air Calédonie subit depuis ce matin un mouvement de grève de l’USTKE qui fait suite à un préavis déposé le 2 juin dernier.

Ce mouvement concerne un pilote qui, malgré plus de deux ans de formation, n’a pas atteint le niveau exigé pour piloter sur le réseau air Calédonie. Malgré tous les efforts miss en œuvre par la compagnie, son contrat a donc pris fin.

Depuis deux mois, la direction, soucieuse de soutenir l’emploi local et d’accompagner les jeunes calédoniens attirés par les métiers aéronautiques, a été force de proposition pour lui faire poursuivre son parcours en vue d’acquérir les prérequis nécessaires et ainsi pouvoir envisager une réintégration au sein de la compagnie.

L’USTKE, a de son côté, systématiquement refusé les propositions et n’a eu de cesse de maintenir une position radicale en exigeant une réintégration immédiate et sans condition en tant que pilote.

Si Aircal confirme qu’elle soutiendra toujours l’emploi local et accompagnera systématiquement les jeunes calédonien motivés, en revanche, elle ne transigera jamais sur la sécurité des passagers

Vous l’aurez compris, à ce stade le programme de vol de ce jour accuse quelques retards mais devrait se maintenir cet après-midi !

De son coté l’USTKE communique

A la mi-juillet, la section STKE de Aircal avait prévenu les usagers, la clientèle, notamment les populations des îles par le biais d’un communiqué qu’elle allait perturber les vols de la compagnie aérienne locale. C’est chose faite ce jeudi.

Pourquoi ce mouvement de grève ? Un préavis de grève a été déposé pour la réintégration d’une jeune pilote Kanak. Elle était en CDI en 2020 puis en CDD en 2021 après la crise Covid-19.
La section STKE souhaite obtenir des éléments de la fin de son contrat malgré les rencontres demandées à maintes reprises, bien que des négociations ont été entamées entre les deux parties prenantes.

Des perturbations des vols sont attendues dans le courant de la journée.

www.casselesprix.com