La règlementation de la vente d’alcool, un frein à l’embauche ?

La nouvelle réglementation concernant la vente d’alcool en Province Sud est effective depuis le 1er aout 2021. Si l’objectif était de lutter plus efficacement contre les abus d’alcool et les violences qui en découlent souvent, cette règlementation peut s’avérer « trop » contraignante et peu adaptée dans un secteur en crise, où l’emploi salarié est sans cesse en mouvement.

Les mesures sont en place depuis un an et les forces de l’ordre commencent à sanctionner.

Trop de contraintes, tuent les contraintes ?

Témoignage

Des mesures draconiennes pour les gérants qui limitent la possibilité d’embaucher du personnel. Pour les restaurateurs c’est un chemin de croix. Une mesure déconnectée de la réalité quand on connait le « turn over » qu’il existe dans ces métiers qui demandent peu de qualification

Mode d’emploi ! En gros, si une personne doit servir de l’alcool dans un établissement, il faut qu’elle suive une formation, payante, d’1 jour et demi, qu’elle obtienne cette formation et qu’elle soit inscrite sur la licence du professionnel

Mais ce n’est pas tout ! Pour pouvoir l’inscrire sur sa licence d’alcool, le professionnel doit lui même fournir : une pièce d’identité et un Contrat de travail, un certificat sur l’honneur, une fiche d’aptitude du Smit, un extrait de casier judiciaire vierge : qui demande 3 semaines à 1 mois pour les natifs de Calédonie !

Face à ces contraintes les professionnels n’ont plus que deux solutions : faire le travail eux-mêmes, ou se mettre dans l’illégalité…

Un an après la mise en place de cette règlementation, les contrôles ont débuté et les amendes prévues peuvent aller jusqu’à la fermeture de l’établissement.

https://casselesprix.com
Previous post Travaux de sécurisation du col de Katiramona
Next post Covid, point sanitaire du mardi 26 juillet
Close