Quel avenir pour les télés et radios publiques après la fin de la redevance télé ?

C’est désormais officiel, la redevance tv est supprimée ! L’annonce a été faite par la Première ministre Elisabeth Borne, ce mercredi 6 juillet à l’Assemblée nationale. Une suppression qui doit figurer dans le projet de loi de finances rectificative qui sera présenté en conseil des ministres la cette semaine.

Si pour les Métropolitains c’est une très bonne nouvelle car il s’agit de « rendre 138 € à 27 millions de Français », cette décision n’est pas sans inquiéter les salariés de l’audiovisuel public. Une importante partie d’entre eux étaient d’ailleurs en grève fin juin pour dénoncer cette mesure

27,6 millions de foyers français sont assujettis à la redevance. Selon les données du ministère de la Culture pour 2021, elle représente 83 % du budget de l’audiovisuel public, soit 3 milliards d’euros.
On mesure donc toute l’importance de la redevance dans les équilibres budgétaires.

En contrepartie, un budget pour l’audiovisuel devrait être voté pour plusieurs années, mais aucune annonce n’a été faite sur la façon dont il sera financé

La redevance, part essentielle du budget de l’audiovisuel public

Rappelons que la redevance audiovisuelle ou plus exactement la contribution à l’audiovisuel public (CAP) constitue l’essentiel du financement des entreprises audiovisuelles publiques : France Télévisions : maison mère de France 2, France 3…, Radio France : France InterFrance Info, etc., Arte, France Médias Monde : France 24RFI…, l’Institut national de l’audiovisuel, TV5 Monde.

Dans le détail, 65 % des revenus de la redevance sont alloués à France Télévisions, 15,9 % à Radio France, 7,5 % à Arte, 7 % à France Médias Monde, 2,4 % à l’INA et 2,1 % à TV5 Monde.

Quid du financement de NC la 1ère ?

En 2013, Calédosphère dévoilait que le budget de la chaine s’élevait à 23,282 millions d’euros soit près de 2.8 milliards de F CFP par an

L’Etat va t-il continuer à couvrir les dépenses de « la plus chère télé de l’outre mer » ? Ou la Calédonie devra t-elle le faire elle-même ?

A l’époque, certains responsables évoquaient même la possibilité d’instaurer une redevance audiovisuelle payable par chaque foyer calédonien équipé d’une télévision. 

Localement, on pourrait peut-être aussi imaginer l’arrivée massive de la publicité dans ce média publique, qui donnerait enfin l’impression aux salariés de ne plus vivre au crochet de la population… Française !

https://casselesprix.com
Previous post Retraite aux flambeaux, demandez le programme
Next post Sortie de l’accord de Nouméa, l’UC campe sur ses positions
Close