Relancer la dynamique contre l’insécurité routière

Alors que la mortalité sur les routes calédoniennes accuse des statistiques toujours plus préoccupantes et que le plan triennal de sécurité routière touche à sa fin, le gouvernement a rencontré l’ensemble des partenaires civils et institutionnels début juin afin de relancer la dynamique en matière de lutte contre l’insécurité routière en Nouvelle-Calédonie.

Une démarche participative

L’objectif est de redéfinir les rôles des différents acteurs impliqués. Trois instances ont été créées pour déterminer les axes de réflexion et proposer des résolutions concrètes à mettre en œuvre.

Le conseil permanent de la sécurité routière (CPSR), renommé conseil calédonien de sécurité routière, est chargé de déterminer les orientations stratégiques de la politique de lutte contre l’insécurité routière.
Il est composé du président du gouvernement, du haut-commissaire, du membre du gouvernement en charge du secteur, du procureur de la République, du président du Congrès, du commandant de la gendarmerie de Nouvelle-Calédonie, du directeur territorial de la police nationale et du directeur de la DITTT.

Un comité de suivi réunissant les partenaires et acteurs de la sécurité routière, aura vocation à échanger et à formuler des propositions d’actions concrètes afin d’infléchir la mortalité sur les routes de Nouvelle-Calédonie.
Y sont représentés les associations : prévention routière, UFC-Que Choisir, le Forum des motards ; les maires, les autorités coutumières, les institutions ainsi que les experts métiers : auto-écoles, expertise véhicules…

Des groupes de travail issus de ce comité technique et organisés en grandes thématiques, auront la responsabilité de définir les paramètres de faisabilité des solutions suggérées. Ils seront constitués d’un référent et de contributeurs en fonction des besoins techniques ou administratifs des problématiques traitées.

Une approche systémique pluridisciplinaire

Cette première réunion des acteurs et partenaires de la sécurité routière a permis d’engager la constitution de groupes de travail selon sept axes d’action : l’éducation, la prévention, les contrôles, la répression, les infrastructures, les véhicules, la communication.

Les sept référents seront invités à participer à la réunion du nouveau conseil de la sécurité routière prévue à la fin du mois de juin.

Pour rappel, au 13 juin 2022,  le nombre provisoire de tués sur les routes de Nouvelle-Calédonie est de 29.

https://casselesprix.com
Previous post En mai, les prix ont fait comme ils voulaient !
Next post Début de travaux routiers dans le secteur de Tontouta
Close