Le don du sang ouvert à tous

Le gouvernement a actualisé les critères de sélection des donneurs de sang, en supprimant ou modifiant certaines contre-indications. Cette décision s’inscrit dans le prolongement de la loi bioéthique et rend le don du sang accessible à tous sur la base des mêmes critères.

Evolution des critères de sélection et nouveau questionnaire

➤ Les références à l’orientation sexuelle, dans les questionnaires préalables au don du sang, sont désormais supprimés.

➤ Un nouveau critère est ajouté : le donneur devra cependant déclarer s’il prend un traitement pour la prophylaxie pré ou post-exposition au VIH, auquel cas le don sera reporté quatre mois plus tard.

Le questionnaire permet également d’identifier des comportements à risque, incompatibles avec un don du sang (multipartenaires, consommation de drogues…), mais l’orientation sexuelle n’est plus mentionnée.

➤ La mise à jour de la liste des médicaments dont l’utilisation entraîne un ajournement du don de sang.

Des modifications adoptées en France métropolitaine en janvier 2022.

L’objectif principal de cette évolution est de mettre en œuvre des critères de sélection non basés sur le genre de la personne ou du partenaire, tout en maintenant une sécurité transfusionnelle. Autrement dit de poser les mêmes questions à tous les candidats au don sur leurs risques sexuels ou ceux de leur partenaire.

Concrètement, il s’agit de supprimer l’ajournement actuel de quatre mois pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et pour les femmes dont le partenaire a eu des rapports sexuels avec un homme. Cette suppression, en pratique, ne change pas le niveau de risque mais supprime la discrimination faite aux HSH par le fait d’avoir une question ciblée sur leur orientation sexuelle.

www.casselesprix.com