Mesures contre l’inflation, les travaux se poursuivent

Fin avril, le gouvernement présentait un certain nombre de pistes pour contenir l’inflation liée au conflit russo-ukrainien. En collégialité du 4 mai, il s’engageait sur certaines mesures et demandait aux services de travailler à leur mise en œuvre.

En parallèle, les organisations patronales et les syndicats de salariés faisaient parvenir au gouvernement leurs observations et leurs propositions.

Une nouvelle réunion a eu lieu vendredi 13 mai.

État d’avancement des travaux

L’objectif du gouvernement est de mettre en place, à court terme, des mesures pour préserver le pouvoir d’achat des Calédoniens.

Sur la question de l’énergie

➤ Des réunions de travail ont eu lieu avec les entreprises pétrolières afin d’étudier quels efforts pourraient être consentis pour diminuer le coût du carburant à la pompe (remise à la pompe, réduction de marge…). Les discussions doivent se poursuivre.

➤ Le gouvernement souhaite mettre en place des aides ciblées vers les acteurs économiques en difficulté et les foyers aux revenus modestes. Des échanges avec les provinces ont eu lieu dans ce sens.

➤ Un projet de délibération pour réduire les taxes sur les carburants sera présenté en séance du gouvernement le mercredi 18 mai, afin d’être déposé au plus tôt sur le bureau du Congrès.

Il vise à habiliter le gouvernement à moduler mensuellement le niveau de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) et de la taxe additionnelle sur les produits pétroliers (TAP) qui s’appliquent sur les prix des carburants. Ce dispositif doit s’appliquer du 1er juin au 31 décembre 2022.

Dans le domaine alimentaire

Réactiver le « bouclier qualité prix » (BQP) :

➤ le BQP fruits et légumes sera composé d’un panier de 6 kg de fruits et légumes pour un prix plafond de 2 500 francs. Il sera commercialisé dans tous les points de 500 mètres carrés. Il reposera sur un accord interprofessionnel d’une durée de quatre mois dans un premier temps, et sera présenté au gouvernement le 25 mai ;

➤ l’objectif du BQP viande et/ou poisson est identique : mettre en place un panier de protéines animales de 2 kg pour un prix plafond.

Le prix de vente d’une cinquantaine de produits alimentaires et non alimentaires de grande consommation et de première nécessité sera plafonné. Le travail avec les opérateurs économiques de la commercialisation, afin d’établir la liste de ces produits est en cours

Le travail de veille sur l’évolution des prix est renforcé avec notamment, le recrutement prévu d’une dizaine de contrôleurs qui sillonneront l’ensemble du territoire. Le gouvernement s’engage aussi à plus de transparence grâce à l’amélioration du site prix.nc.

Revoir les règles d’évolution des baux commerciaux

– Un travail avec l’ISEE a été engagé pour redéfinir les règles et les bases de revalorisation des baux commerciaux.

En effet, l’indice de revalorisation des loyers est basé actuellement sur le BT21 lequel ne semble plus correspondre à la réalité du marché des baux commerciaux (+ 7,5 % sur un an), ce qui entraine une trop forte progression des loyers commerciaux.
L’objectif est d’éviter que cette augmentation se répercute finalement sur les prix à la consommation.

Mesures pour préserver un revenu aux personnes en difficulté

➤ Un travail est en cours pour mettre en place, en Nouvelle-Calédonie, le dispositif du solde bancaire insaisissable. Lorsque le compte d’une personne fait l’objet d’une saisie, la banque doit laisser un montant minimum sur le compte afin de lui permettre de faire ses achats de première nécessité.

➤ Un travail de refonte est également en cours sur la saisissabilité des revenus (salaires et revenus de remplacement).


Demandes complémentaires des syndicats de salariés et des organisations patronales

Plusieurs demandes ont été formulées parmi lesquelles :

➤ Le problème de l’évolution des salaires dans un contexte de perte de pouvoir d’achat et demandent que des discussions sérieuses s’engagent sur le sujet.

➤ La suppression des quotas liées aux importations des produits alimentaires et non alimentaires de première nécessité ou de grande consommation pour faciliter un approvisionnement du marché calédonien en produits à des prix abordables.

➤ La nécessité de mettre en place un plan de soutien pour le secteur du BTP.
Dans l’immédiat, le gouvernement doit prendre contact avec l’ensemble des acheteurs publics afin de les sensibiliser sur les difficultés du secteur et obtenir des assouplissements (application des pénalités de retard, respect des délais de paiement, éventualité d’instaurer une clause de révision des prix, etc.).

➤ La nécessité de se rapprocher de l’État afin d’étudier la faisabilité d’étendre à la Nouvelle-Calédonie les dispositifs de soutien mis en place en métropole.

Le gouvernement et les partenaires sociaux ont convenu de se rencontrer chaque semaine pour suivre la mise en place des mesures permettant de lutter contre l’inflation et en mesurer l’efficacité.

https://casselesprix.com
Previous post Appel au grand public pour sauver les pétrels
Next post Miss Nouvelle-Calédonie, les critères de sélection changent
Close