Chaleur, humidité et vents faibles ne font pas bon ménage

Alors qu’un voile brumeux plane depuis mardi sur le territoire, Scal’Air après avoir interrogé Météo France, explique que « l’hypothèse principale est que nous nous trouvons dans une brume de chaleur expliquée par un taux d’humidité élevé dans les basses couches de l’atmosphère qui ne se dissipe pas en raison des vents faibles et variables de ces derniers jours. « 

L’Association de surveillance de la Qualité de l’air en Nouvelle-Calédonie précise d’ailleurs qu’une hausse généralisée de particules fines en suspension (PM10) est mesurée depuis hier et sur l’ensemble des stations de mesure.

Ces conditions météorologiques ont donc également favorisé l’accumulation des poussières fines sur la ville.

Pour le moment, les niveaux de poussières sont inférieurs aux seuils règlementaires de déclenchement d’un épisode de pollution mais la population est invitée à rester informés en suivant sur leur site internet www.scalair.nc !

Previous post L’UC dresse le bilan de son comité directeur
Next post Deux épisodes climatiques classés calamités agricoles
Close