Relier Boulari et la Coulée par ferry

Le problème de la liaison routière entre Boulari et la coulée qui est souvent au coeur de l’actualité pourrait enfin être résolu !
Après avoir testé un système de navettes sans succès, envisagé une 2ème route dont le coût a calmé les ardeurs, c’est aujourd’hui une liaison régulière par ferry mixte qui est envisagé 

Cette unique route entre Boulari et La Coulée s’étend sur 7 km. Le taux de fréquentation est estimé à 15 000 véhicules par jour. Cet axe est emprunté quotidiennement par 15 000 véhicules et permet aux Montdoriens de se rendre sur leur lieu de travail ou à leurs activités.

Cette portion de route Sud revêt une importance cruciale car elle est le seul axe de communication avec Nouméa.
Une rupture de liaison entraînerait immanquablement l’isolation de tout le Grand Sud. À cette problématique, s’ajoute celle de la congestion en heure de pointe en sortie de Nouméa.

Un soutien de l’état

Le projet de la liaison maritime pour relier le Mont-Dore à Nouméa via les bacs ferries initié par la province Sud a reçu un accueil plein et entier de l’État qui a exprimé la volonté d’accompagner au plus près cette solution maritime pour le désenclavement du sud de la Grande Terre.
Le coût de ce projet avoisinerait globalement les 8 à 10 milliard de francs et rentrer en fonction en 2024.

Trois enjeux prioritaires

Ce projet ambitieux répond à trois enjeux prioritaires : sécuriser la liaison Mont-Dore Sud et Nouméa, fluidifier les déplacements des usagers et contribuer au développement économique du Mont-Dore.

Une étude d’amélioration des déplacements entre Boulari et le Sud du Mont-Dore a mis en exergue que la durée quotidienne moyenne de déplacement est de 86 minutes par habitant alors qu’elle est de 63 minutes pour le Grand-Nouméa.

Une liaison régulière par ferry mixte

Il s’agit d’un projet ambitieux dont les besoins ont bien été identifiés. La liaison régulière par ferry mixte envisagée présente plusieurs avantages : le transport mixte de véhicules légers et des passagers, un nombre suffisant de rotations et dont la durée de trajet, environ 45 minutes, est compétitive avec le trajet routier actuel.

Le navire retenu sera un navire amphidrome (qui navigue dans les deux sens) et qui pourra accueillir 584 passagers et 150 véhicules légers
➤ 2 navires sont prévus pour garantir de bonnes conditions de service.

Un système de navettes qui n’a pas connu un grand succès

En 2017, la SMTU a organisé un service de navettes de faible capacité basé sur une logique de complémentarité multimodale avec les transports en commun qui n’a pas connu un grand succès. En cause : la capacité limité d’accueil, le fonctionnement ponctuel, l’incompatibilité avec la voiture et enfin, le service était proposé seulement de jour.

Une liaison routière hors de prix

Après étude des différents types de liaisons routières possibles avec 5 tracés et leurs comparatifs, il est apparu que la solution routière se révèle inadaptée, voire impossible et présente plusieurs écueils : tracé terrestre difficile à établir, impacts environnementaux importants, coût du projet difficilement soutenable de 30 à 50 milliards de francs hors taxe d’investissement et hors acquisitions foncières.

https://casselesprix.com
Previous post Paita, la route du littoral bientôt sécurisée
Next post Les recharges des comptes révolut soumis à des frais, le sujet fait débat
Close