Les jours d’UFC que choisir sont comptés

Comme de nombreuses autres associations qui œuvrent dans l’intérêt général, l’union des consommateurs a besoin, pour fonctionner, du soutien des finances publiques. Un soutien qui fait aujourd’hui cruellement défaut.

L’UFC-Que Choisir est au service des consommateurs pour les informer, les conseiller et les défendre. Sa mission principale est d’aider et d’accompagner les victimes de pratiques abusives dans tous les secteurs de la consommation (garantie, service après vente, défaut d’information, erreur professionnelle, résiliation…).

Un défaut de subventions qui oblige à réduire la voilure

A défaut d’obtenir rapidement des engagements de la part des pouvoirs publics (congrès, gouvernement, provinces, communes), nous serons, dans un premier temps, contraints de modifier les modalités de nos interventions : hausse des cotisations, application de frais de traitement des litiges, arrêt des participations aux commissions et comités institutionnels…

Un soutien des consommateurs dans de nombreux domaines

Depuis 1 974, l’association agit dans de nombreux domaines : règlement des conflits, guerre des prix, lutte contre les marges outrancières mais aussi les tarifs bancaires abusifs… En Calédonie, L’UFC a traité 1283 dossiers en 2021.  

Relevés réguliers des prix dans les grandes surfaces, l’association a également apporté son aide dans de nombreux dossier : oeuvré pour le remboursement des billets d’avions suite à la fermeture des frontières sur les abus divers et variés comme : tarif de l’électricité ou encore dénoncé les publicités abusives sur l’alcool

Des subventions publiques revues à la baisse

Le budget de l’association s’élève à environ 10 millions de francs CFP, supporté pour moitié par des subventions publiques, le reste se répartissant entre les adhésions.

En 2021, les subventions n’ont été versées qu’en partie en raison de l’absence du gouvernement et du confinement. Elles sont inexistantes en 2022. En parallèle, les adhésions ont cruellement baissé à cause du confinement.

L’association pourrait donc bel et bien disparaître. La décision sera prise début mars, à l’issue de son assemblée générale. 

www.casselesprix.com