Le marché de Nouméa pourrait-il perdre ses journaliers ?

Alors que la fréquentation du marché de Nouméa est en chute libre depuis quelques années, les journaliers ont appris avec consternation, mais sans concertation que le tarif de la location de leur emplacement augmentait de façon spectaculaire en 2022.

Une augmentation des prix de 16 à 45% selon les jours de la semaine

Et des différences notables selon que l’on réserve à l’avance son stand ou pas !

Nous sommes à 16,5% d’augmentation pour les jours de semaine, à 45,6 % pour le vendredi, et 21,4% les samedis et dimanches donc bien au-dessus d’une augmentation acceptable.

Les professionnels dénoncent également un manque d’équité

En parallèle le tarif des autres stalles augmente de 5 à 7% « couvertes, en dur, elles bénéficient de l’eau, du nettoyage intérieur, de l’électricité dont certains profitent allègrement avec des camions frigorifiques branchés de 5h00 à midi « .

Rappelons que de leur coté, les journaliers ne profitent que d’un emplacement en bitume, de 3×3, sans eau, sans électricité ni même une clé des toilettes. Certains sont couverts d’une toile ombrière mais pas tous !

Coté prix et à titre de comparaison par trimestre
– Une stalle à l’intérieur du marché coute environ 72 000 F CFP,
– Autour de la buvette il faut compter 28 000 pour les commerçants/artisans
– et 80 340 F CFP pour un journalier, dans la 3ème zone du marché

Les journaliers demandent à être reçus par la mairie

Dans ce climat de crise économique, référendum, covid19 cette augmentation pourrait signer la fin de ces petits commerces.

« De 45 emplacements occupés il y a 2 ans, actuellement nous ne sommes plus que 25/30 à ne pas avoir lâché prise et l’année 2022 s’annonce sous les plus mauvais augures.
Nous attendons une réponse de la part de la mairie, ou un rendez-vous (attendu depuis 2 ans) si vous voulez bien recevoir les gueux que nous sommes.
«