Fin de la période transitoire pour le pass sanitaire

pass

À compter du 6 décembre 2021, les usagers devront impérativement fournir un pass sanitaire valide lors des contrôles dans les lieux et commerces où il est obligatoire.

Pendant une période transitoire, il était possible de présenter un carnet de vaccination contre le Covid-19, ou un résultat de test négatif, ou un certificat de rétablissement, en lieu et place d’un pass sanitaire doté d’un QR code. Cette période s’achève dans une douzaine de jours.

Déployé sur le territoire français, le pass sanitaire est applicable en Nouvelle-Calédonie depuis le 11 octobre pour accéder à certains lieux et activités. 

Son usage a été étendu à de nombreuses activités permettant une réouverture progressive au rythme du déconfinement : restaurants, cinémas, salles de sport… et même les bars et nakamals depuis le 15 novembre.

Il permet ainsi un retour graduel à une vie quasi normale, tout en minimisant les risques de circulation du virus, en complément des protocoles sanitaires propres à chaque secteur.

Comment crée son pass sanitaire

Il peut être créé en ligne sur « masante.gouv.nc », mais nécessite la création d’une identité numérique sur « NC Connect», une opération ultra sécurisée qui garantit une parfaite confidentialité.

Néanmoins, l’usage du pass sanitaire ne saurait en aucun cas être subordonné à l’utilisation ou à la maîtrise d’un outil numérique. Le pass peut prendre, selon le choix de l’usager, la forme d’un support numérique, notamment via l’application « TousAntiCovid », ou d’un support papier.

Près de 28 200 identités numériques et environ 128 000 pass sanitaires (123 000 vaccins, 3 500 certificats de rétablissement et 1 500 tests) ont été générés depuis le 11 octobre.

À quoi sert le pass sanitaire ?

Le pass sanitaire est un outil supplémentaire au service du contrôle de l’épidémie. Il permet

– d’ouvrir certains lieux et d’organiser certains évènements, sans limite de jauges ;
– de sécuriser et simplifier les contrôles d’accès à ces lieux et évènements en proposantun outil unique ;
– de garantir la confidentialité des données de santé des citoyens en minimisant lesinformations transmises lors des contrôles ;
– de se déplacer dans tous les pays de l’Union européenne, depuis le 1er juillet 2021,ainsi qu’au Liechtenstein, en Suisse, en Islande, en Norvège, à Monaco et en Andorre. Le QR code est scanné lors des contrôles à l’embarquement ou aux frontières.