Le taux spécifique de TGC augmentera le 1er janvier

taux

Première étape d’une réforme prochaine de la TGC qui verra l’ensemble des taux augmenter, le taux spécifique* de TGC passera de 6% à 11%, le 1er janvier 2022.

Au pays du « palabre » l’absence de concertation est pointée du doigt…

La CPME-NC affirme s’opposer fortement à cette réforme

Cette augmentation applicable aux services, au BTP et à la vente d’immeubles neufs dès le 1er janvier 2022 viendra inévitablement mettre à mal le pouvoir d’achat des calédoniens, la consommation des ménages, et par conséquent toutes les entreprises calédoniennes déjà grandement fragilisées par la morosité économique de ces dernières années […]

Augmenter la pression fiscale sur les consommateurs aura inévitablement des conséquences dramatiques sur l’ensemble de l’économie calédonienne, fortement dépendante de son marché domestique, tuant ainsi tout espoir de rendement fiscal supplémentaire, vu la situation actuelle déjà passablement en berne.

Un risque sur la consommation des seuls services et livraison d’immeubles neufs

Les professionnels dénoncent l’idée de « dissocier dans le temps l’augmentation du taux spécifique d’avec le reste de la réforme fait peser l’augmentation de la TGC sur la consommation des seuls services et livraison d’immeubles neuf.« 

Une pression supplémentaire qui aura indiscutablement des conséquences dramatiques sur ces secteurs d’activités déjà fortement touchés, soit par l’incertitude institutionnelle, soit par la fermeture des frontières, soit par les trois confinements en un an et demi durant lesquels ils n’ont pas pu travailler, mettant ainsi à mal un tas de petites entreprises artisanales déjà à l’agonie comme la coiffure, esthétique, artisans du bâtiment, garages indépendants, prestations touristiques…

Au pays du palabre, une réelle absence de concertation

La confédération déplore aussi l’absence totale de concertation du gouvernement sur cette décision qui leur a été présentée comme ferme et définitive. Alors que la situation actuelle du territoire appelle à davantage d’échanges, d’accompagnements et de soutiens en faveur des acteurs économiques, afin d’engager la reprise indispensable à une prospérité durable, la CPME-NC regrette que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie semble avant tout s’attacher à son rendement budgétaire, contre toute logique de relance économique.

*Le taux spécifique à 6% s’applique aux opérations immobilières et à certains services comme :
– Les prestations de services
– Certaines livraisons de biens
– La vente à emporter de biens alimentaires prêts à la consommation
– la vente de terrains à bâtir et d’immeubles à bâtir dans certains conditions
Il existe néanmoins certaines exceptions…