Mobilisation des services de l’armée et pont sanitaire.

services

La Nouvelle-Calédonie a officiellement demandé l’aide des services de santé de l’armée pour la prise en charge de malades en réanimation.

D’ici trois semaines, l’armée devrait pouvoir installer au sein du Médipôle une unité qui sera capable de prendre en charge dix lits de réanimation et y traiter 30 à 60 patients sur plusieurs semaines.

Un pont sanitaire avec la France

Dans l’intervalle, un pont sanitaire aérien va être établi avec la France, avec le soutien de France Assistance. Un avion d’Aircalin est en cours d’aménagement pour le transport d’au maximum 5 malades couchés en état de voyager.

Ces malades seront pris en charge dans un service hospitalier en Métropole le temps nécessaire. Ils pourront y bénéficier de formes de rééducation adaptées à leurs pathologies. Ces prises en charge permettront de contrôler la saturation des services hospitaliers calédoniens et de maintenir cet indicateur à un niveau acceptable.

Niveau de saturation des services hospitaliers

En un mois, le médipôle a hospitalisé 1300 patients, il en reste 200 à ce jour. 178 sont décédés. Tous les autres sont à présent sortis. C’est en soi un bilan exceptionnel et très réconfortant quant à la bonne prise en charge des patients.

L’adaptation des mesures de confinement est un soulagement pour tous les Calédoniens, mais elle soulève des inquiétudes : la reprise des activités peut s’accompagner de nouvelles admissions à l’hôpital concernant toutes les maladies hors Covid, les décompensations liées aux maladies chroniques, les accidents de la route ou autres urgences.

La probabilité d’une deuxième vague – le fameux « rebond » – est très forte, et bien sûr redoutée par des équipes déjà sous tension et fatiguées par un mois de travail intensif

La mobilisation des services de l’armée et la mise en place d’un pont sanitaire aérien seront d’un grand secours pour soulager les équipes du CHT et maximiser les chances de certains malades.

Gestion des conséquences de la maladie

Le CHT travaille, en outre, à la mise en place d’une unité de réadaptation post-réanimation qui permettra de gérer les conséquences de la maladie. 100 % des patients pris en charge en réanimation présentent des séquelles (essoufflement, maux de tête, etc.), qui nécessitent une prise en charge adaptée dès leur sortie du service.

Certains patients présentent également des formes de « Covid long », pour lesquels la rééducation est absolument nécessaire.

Les soignants lancent un appel au civisme, à la solidarité, au respect des gestes barrière et à la vaccination du plus grand nombre. Chacun est appelé à la plus grande vigilance : ce variant est très contagieux, aucun relâchement n’est possible.

Toute personne présentant un symptôme grippal doit absolument se faire tester. C’est indispensable au bon contrôle de l’épidémie et à la prise en charge rapide de chaque malade.