La vaccination bientôt obligatoire ?

obligatoire

La commission permanente est convoquée en urgence au congrès de la Nouvelle-Calédonie ce vendredi matin à 9h00 afin d’examiner le projet de délibération instaurant une obligation vaccinale contre le virus SARS-Co V-2 , la proposition de résolution relative à l’ouverture de l’offre vaccinale contre le même virus et la proposition de vœu relatif à la campagne vaccinale

Une obligation qui concernerait les personnes majeures, sans contre-indications médicales, et pas seulement les voyageurs

Un consensus politique semble se dégager sur la question. Hier, les élus du Congrès ont rencontré les partenaires sociaux et débattu de longues heures à huis-clos. L’hypothèse avancée : que la Calédonie opte pour une obligation vaccinale pour toutes les personnes majeures, et pas seulement les voyageurs. 

Concernant les stocks de vaccins, les jours sont comptés

La Nouvelle-Calédonie dispose d’un stock de 6 000 doses du vaccin Moderna, données par l’État à l’issue de la campagne de vaccination à Wallis-et-Futuna. Elles atteindront leur date de péremption le 20 septembre.

Le stock de vaccins Pfizer/BioNTech de la Nouvelle-Calédonie s’élève actuellement à un peu plus de 100 000 doses, dont 67 860 devront être utilisées avant le 30 octobre, 28 080 avant le 30 novembre et 9 360 avant le 31 décembre.

En revanche, aucune information n’a filtré sur la façon dont cette obligation pourrait être appliquée.

Les pays dans lesquels la vaccination est obligatoire pour les adultes :

Tadjikistan : l’agence officielle tadjike a publié un décret gouvernemental obligeant tous les citoyens de plus de 18 ans à se faire vacciner, sans préciser dans quelles conditions l’obligation allait être appliquée.

Turkménistan : ce pays reclus d’Asie centrale, l’un des rares au monde à n’avoir déclaré officiellement aucun cas de Covid-19, a annoncé le 7 juillet qu’il rendait la vaccination obligatoire pour « toutes les personnes de plus de 18 ans sans contre-indications médicales ».

Vatican : une note en date du 8 février a rendu impératif le vaccin pour les habitants du plus petit Etat au monde et les employés qui y travaillent. Les sanctions peuvent aller théoriquement jusqu’au licenciement pour les récalcitrants.