Covid, la mise sous cloche pèse, et les langues se délient

cloche

Et toujours deux poids deux mesures ! Alors que la fermeture des frontières est prolongée jusqu’à fin décembre, la colère monte. Une partie de la population se pose de nombreuses questions sur le bien fondé de cette situation et aimerait que les autorités fassent preuve d’un minimum de transparence sur ce sujet.

Le « racket » organisé des hôtels, le copinage dans la sélection des motifs impérieux et l’inexistance d’une politique vaccinale efficace.

La gestion du SAS sanitaire fait débat 

Les témoignages se multiplient

Toutes les personnes qui racontent leur histoire et publient leur témoignage ont un motif « impérieux » et cochent donc la bonne case. Alors, comment sont établis les priorités ? qui peut partir et rentrer qui ne peut pas ?

Racket, escroquerie, motifs impérieux biaisés, copinages les doléances pleuvent

Tout ceci est lamentable. Détentions arbitraires, illégales, tarifs des quatorzaines payantes exorbitants relevant de l’escroquerie, du racket organisé au plus haut niveau (il m’a été impossible d’obtenir une facture détaillée), copinage et motif impérieux biaisés, pour parler poliment…
Culpabilisation des gros monstres inconscients qui veulent revoir leurs parents vivant ! Je suis épuisé devant tant de décisions politiciennes électoralistes sans courage…
Du coup, j’ai arrêté de me battre, je me suis fait détrousser par l’hôtel G….., la DASS et le gouvernement et j’en reste abasourdi… Bravo à ceux qui ont encore la force de défendre des arguments de bon sens. Vacciner et protéger en priorité les personnes fragiles et/ou exposées.

Des étudiants qui demandent un retour de toute urgence

Calédonien, j’ai dû quitter mon pays pour passer ma licence STAPS en France. J’ai entrepris toutes les démarches pour rentrer en Nouvelle-Calédonie faire mon master et compléter mon cursus universitaire afin d’exercer la profession d’enseignant d’EPS pour former la jeunesse Calédonienne. Je suis admis pour le Master MEEF 2nd degré EPS à l’UNC pour l’année 2021-2022 et vacciné avec le vaccin Pfizer.
Aujourd’hui, nous sommes 6 étudiants admis et sans ma présence, cette formation risque de ne pas pouvoir ouvrir en raison d’un nombre de candidats insuffisant. Les autres se retrouveraient ainsi sans la possibilité de poursuivre leur cursus universitaire.
A ce jour et malgré plusieurs demandes, ma demande est toujours en attente, et la rentrée est le 30/08/2021.
En qualité de boursier CROUS qui valide une licence, je n’ai aucun revenu pour les mois de juillet et août 2021. De plus, la personne qui m’héberge en France doit rendre son logement le 14
aout. Par conséquent je vais donc me retrouver dans quelques jours sans domicile et sans argent pour palier à ce problème.

Des personnes devant subir une opération médicale programmée laissées sur le carreau

Que penser de la demande de cette jeune femme dont le compagnon doit se faire opérer le 14 septembre à Bordeaux, suite à un accident, le 5 juin dernier, sur un catamaran de loisirs, dont le capitaine inconscient et non professionnel travaille sans assurance !
Sa date d’opération est programmée, son intervention est payée ! Mais comme un chirurgien, présent sur le caillou peut réaliser cet acte, ils nous refusent le droit de choisir notre patricien.
Nous recevons des messages négatifs automatiques. Nous ne pouvons pas envisager de prendre un allez simple sans savoir si nous allons pouvoir rentrer !

Pour certains, le seul motif est pourtant « vacances »

« Beaucoup d’internautes dénoncent des personnes de leur entourage qui passent outre l’interdiction de sortir du territoire. Tous ces passe-droit sont illégaux et ce n’est pas normal, car le seul motif est souvent celui des vacances…
J’en  connais qui font leur malin sur les médias et qui partent pour les vacances tous les 3 mois, c’est inadmissible ! » 

Chère, très chère quarantaine !

On va finir cet article, disons plutôt ce recueil de doléances par une publication tout à la gloire des hôteliers locaux