Le comité des sages, le gardien de la parole

sages

Le comité qui a pour mission d’accompagner la campagne référendaire est en place. Il doit ainsi veiller à ce que nuls propos ou déclarations publiques puissent blesser tout ou partie de la société calédonienne, mais également que la campagne puisse se dérouler dans un climat serein et apaisé, pour être à la hauteur de ce qui doit être transmis aux nouvelles générations.􏰁

Une charge à la fois lourde et fragile 􏰁

Le 5 décembre 2017, le Premier ministre, M. Edouard Philippe, en visite en Nouvelle-Calédonie, a annoncé la constitution d’un comité des sages pour la campagne relative à la consultation sur l’accession à la pleine souveraineté. Gardien des boutures de paroles, ce comité, a vocation à être saisi ou à s’auto saisir lorsque les valeurs communes de la Nouvelle-Calédonie et donc le vivre ensemble seraient atteints.

A l’égard des responsables politiques et de la société civile

Le comité a pris des initiatives pour tenter de convaincre d’adopter une attitude et tenir des propos de campagne mesurés en veillant à ne pas blesser la société calédonienne en violentant ses valeurs, celles qui sont intimement liées à la civilisation Kanak, celles qui s’enracinent dans l’héritage des religions, et celles qui figurent dans le préambule de l’Accord de Nouméa.

Le Comité a ainsi veillé à ne pas être une haute autorité de censeurs mais une autorité morale qui fonctionne selon ses propres règles et en toute autonomie.

A l’égard de la jeunesse 

Lors de rencontres organisées dans les établissements scolaires et universitaires, le comité s’est attaché à déléguer trois ou quatre de ses membres représentatifs pour renforcer la crédibilité de ses interventions selon les sujets traités.

En veillant à respecter scrupuleusement son devoir de neutralité, le comité a aussi été conduit à traiter les sujets suivants :

Qu’est-ce qu’un référendum ? Sa place dans la vie démocratique et sa différence par rapport à la démocratie élective. Les principaux épisodes de l’histoire coloniale et politique de la Nouvelle-Calédonie, l’épisode dramatique dit des événements, les accords de Matignon et de Nouméa. Mais aussi la société calédonienne vue dans sa diversité ethnique et dans son environnement.

Les perspectives d’avenir

Au-delà du résultat des deux premiers scrutins, un dialogue ouvert, transparent, constructif et serein apparait comme une nécessité pour bâtir un projet de société commun et consensuel. Un futur où chaque citoyen trouverait sa place dans un respect mutuel et où chaque camp devra intégrer dans ses réflexions les aspirations de l’autre.

Le comité des sages, imprégné des valeurs fondamentales de sa mission, considère que sur cette terre de parole et de partage, il n’y a pas d’autre issue que la négociation. La voie de la consultation référendaire a démontré ses limites, tant dans son objectif que dans sa répétition, et ses dérives par la mise en évidence de deux blocs ethniques, politiques et géographiques.