La vaccination bientôt obligatoire aux Fidji

obligation

Le Premier ministre de l’archipel a annoncé que les employés du public comme du privé auront l’obligation de se faire vacciner dans les prochaines semaines.

Les fonctionnaires fidjiens pourraient devoir prendre des congés s’ils n’ont pas reçu leur première injection au 15 août et risqueraient d’être renvoyés si la deuxième ne leur est pas administrée avant le 1er novembre, a annoncé jeudi soir le Premier ministre Frank Bainimarama.

Les employés du secteur privé devront avoir reçu leur première dose au 1er août. En cas d’infraction, le travailleur sera passible d’une amende salée et son employeur risquera la fermeture administrative.

« Pas de piqûre, pas de boulot (No jabs, no job)», voilà ce que la science commande pour des raisons de sécurité, et voilà ce qu’est désormais la politique du gouvernement », a souligné M.Bainimarama dans une allocution.

Une décision drastique

Cette décision est une réponse des autorités au fait que la population ignore très largement les recommandations sanitaires, comme la distanciation sociale et l’obligation de port du masque. Une attitude qui a largement été montrée du doigt comme une des raisons de la flambée épidémique. 

“Le confinement dur que certains demandent ne peut être mis en oeuvre partout aux Fidji et nos experts nous disent que cela ne permettra pas d’éradiquer le virus. En revanche, cela supprimera des emplois et hypothéquera notre avenir.”

L’origine de la flambée épidémique remonte au 17 avril. Deux Fidjiens de retour d’Inde, via Singapour, avaient contaminé dans un centre de quarantaine un militaire qui avait ensuite transmis le virus au reste de la population.

Avant cette date, les Fidji n’avaient recensé aucun cas de transmission locale du virus. Mais une faille dans le dispositif de quarantaine a permis une flambée de cas du très contagieux variant Delta. L’archipel enregistre actuellement plus de 700 nouveaux cas par jour.