Le road market se sédentarise et ne connait pas la crise

road market

La vente par des particuliers de plats, de menus complets, de desserts et même de… steaks hachés se développe sur les réseaux sociaux, mais est ce vraiment une bonne idée et surtout est ce bien légal ?

Jusqu’à présent, cette vente se cantonnait aux gâteaux d’anniversaires de très grands formats (merveille aux fruits, à la banane, aux letchis, framboisiers, forêt noire…), au pain marmite et à quelques fruits et légumes de production locale en « road market » ou encore à la vente de crabes et de poissons dans les bennes de pick up en bordure d’axes routiers fréquentés

Désormais, les particuliers se lancent dans la vente « de packs lunch », et vous propose des menus de l’entrée au dessert, des nems, des plaques pizzas au jambon, au fromage et même à la crème d’asperges, et aux crevettes, des produits plutôt délicats à cuisiner et surtout à conserver… Et cette liste n’est évidemment pas exhaustive !

Les plats du jour sont cuisinés et peuvent être livrés ! mais cuisinés où ? comment ? Les saucisses fumés de Toulouse sont marinés longtemps à l’avance, mais dans quelle conditions ? Et récemment, la vente de produits très délicats comme les steaks hachés ont fait aussi leur apparition.

Deux poids deux mesures ?

Si l’on peut comprendre que cette pratique permet aux familles aux revenus modestes d’améliorer le quotidien, qu’en est-il du respect des normes d’hygiène, des emplois déclarés, des déclarations de revenus ?

D’autant plus que dans le même temps les interventions du COTAF (le Comité Opérationnel Territorial Anti-Fraude) se multiplient, tout comme les PV qu’ils distribuent à tour de bras dans les restaurants qui ont pignon sur rue, qui s’acquittent de leurs charges et ont pris le soin de mettre en place toutes les recommandations obligatoires préconisés par les services de l’hygiène !