Dengue, en Indonésie une étude porteuse d’espoir pour contenir le virus

dengue

Les cas de dengue ont fortement chuté dans une ville d’Indonésie après l’introduction de moustiques porteurs de la bactérie Wolbachia, selon une étude publiée la semaine dernière. Elle donne de l’espoir face à une maladie affectant plus de 50 millions de personnes dans le monde chaque année.

Des résultats prometteurs

Après l’introduction de la bactérie Wolbachia à une population de moustiques, les cas locaux de dengue ont reculé de 77%. Des résultats très positifs de cette expérience de trois ans ont été publiés dans le New England Journal of Medicine. 

Le nombre des infections demandant une hospitalisation a aussi baissé de 86% dans les zones de la ville de Yogyakarta, sur l’île de Java, où l’étude a été conduite. L’étude a été menée par le World Mosquito Program (WMP) programme de recherche de l’université australienne Monash auquel l’université indonésienne Gadjah Mada a participé. 

L’expérience a consisté à introduire la bactérie dans une population de moustiques dans des zones spécifiques de Yogyakarta pour mesurer ensuite l’impact sur l’incidence des infections sur des humains de 3 à 45 ans. 

Une bactérie qui empêche le virus de se propager

La bactérie empêche le virus de se propager aux moustiques porteurs de la dengue, les moustiques Aedes aegypti, et d’infecter les humains quand ils les piquent. 

Les scientifiques espèrent que la méthode se révèlera une arme décisive dans la bataille mondiale contre une maladie qui peut être mortelle. 

Scott O’Neill, directeur du World Mosquito Program, cité dans un communiqué souligne

« Ceci est le résultat que nous attendions depuis longtemps. Nous avons la preuve que notre méthode Wolbachia est fiable, durable et réduit considérablement les cas de dengue »,

La dengue est la maladie transmissible par les moustiques qui se propage le plus rapidement, avec plus de 50 millions de cas par an dans le monde, dont 8 millions en Indonésie. 

Les études ont aussi montré que cette méthode était efficace dans la prévention de la transmission du Zika, du chikungunya, de la fièvre jaune et d’autres maladies transmissibles par les moustiques.

Une très bonne nouvelle pour la Nouvelle-Calédonie où la bactérie Wolbachia a également été introduite en 2019.